ÉCOUTE MANIFESTE D’UN GÉOPHONISTE SONO-PAYSAGISTE URBAIN


ÉCOUTE MANIFESTE 

D’UN GÉOPHONISTE SONO-PAYSAGISTE URBAIN

14965_545783855432014_1791121776_n

 

 

 

 

 

 

 

 

Banc d’écoute

 Que se bruisse t-il de beau dans ta cité ?

Et avec ta ville, tu t’entends comment ? *(3)

Manifeste à l’usage d’un promeneur écoutant* (1)

 Sommes-nous tous devenus sourds ?* (2)

Tant qu’il y a du bruit dehors, il y a de la vie dedans, et sans doute vice et versa.

Abordées sans a priori, les sonorités urbaines ne sont pas que nuisances, pollutions et envahissements, elles sont aussi sources d’une multitude de micro ou macro scènes acoustiques, se révélant parfois comme de véritables joyaux sonores.

Les sons de villes entrelacent des territoires sociaux bruissonnants, urbaniquement politiques, entre trivialités réalistes et constructions poétiques, voire utopistes…

Une série de portraits sous forme d’audio-urbanités*, des constructions sono-paysagères au fil des rues, des places, des points d’ouïe, fenêtres et micro-architectures d’écoute jalonnent des déambulations auriculaires, plus ou moins erratiques, plus ou moins programmées…

Est alors proposée au promeneur écoutant une écoute en marche, au pas à pas, se posant parfois pour un arrêt sur son, repartant au fil de l’inattendu/inentendu, de l’inouï évanescent, de la rumeur en toile de fond, du micro bruit émergent, des grands sillages soniques, des traînes résiduelles, du pointillisme de signaux indiciels, des résonances architecturales…

L’écoute règne alors comme maîtresse d’œuvre, ou de désœuvrement…

Le géophoniste-sonopaysagiste cueille, recueille, rassemble, fertilise, récolte, sème, agence, préserve, donne du relief, modélise des terrains où une emprise acoustique maîtrise ponctuellement l’exubérance urbaine, ou son effacement, cherchant à offrir ainsi de beaux terrains d’écoute in ouïr.

Le géophoniste-sonopaysagiste aménage des scénophonies*(4), mettant sur le devant de la scène des points d’ouïe, des sites auriculaires remarquables, (re)plaçant l’oreille au centre de la ville, l’orientant vers de larges panoramas ou d’intimes resserrements…

Le géophoniste-sonopaysagiste est bel et bien un artiste de et dans l’espace public, donnant à l’écoute une centralité sensible.

Le géophoniste-sonopaysagiste peut user de l’archéosonie, ou la fabriquer in situ.  Cette dernière fouille et extrait des mémoires enfouies sous des strates de bruits. Bruits quasi uchroniques qui maintiennent la ville en vie, en irriguant son histoire de récits s’extrayant en flux constants de chaque pores urbains, interstices minéraux ou végétaux…  Ces bruissonnements  investissent la ville, plus ou moins subrepticement, de jour comme de nuit, en rubans ou nappes chuchotés, murmurés, criés, sussurés, nous racontant d’intimes anecdotes ou de tonitruantes épopées, à qui sait les entendre.

La ville appartient à celui qui l’écoute !

 

* (1) Titre d’un ouvrage éponyme de Michel Chion

* (2) Titre d’un manifeste rédigé par Le centre du son en 1986, pour lesÉtats généraux du son

* (3) Titre d’un projet Desartsonnants (Gilles Malatray) autour de représentations  contributives de villes sonores

* (4) Concept développé par l’artiste Emmanuelle Gibello

PS : Si l’aventure sonore vous tente, n’hésitez pas à me contacter desartsonnants@gmail.com

 

Publicités

A propos Desartsonnants

Promeneur écoutant, paysagiste sonore, spécialiste des arts sonores, concepteur sonore, curator, conférencier
Cet article, publié dans Géophonie, Paysage sonore, Réflexion, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s