Le promeneur écoutant, une figure du nomade urbain ?


Le promeneur écoutant, une figure du nomade urbain ?

soundwalk-1

Au néolithique, l’homme apprend à cultiver et à élever, et ainsi à aménager un territoire, à créer des enclos et au final  se sédentarise dans ce qui deviendra au fil du temps une ville. Jusque là chasseur-cueilleur, il suivait pour se nourrir, en fonction de la topologie, du climat, des ressources en eau, les cheminements d’animaux et profitait des cueillettes effectuées tout au long des déplacements. Des spécialistes parlent de parcours erratiques, au gré des mouvements de la gente animale et des ressources rencontrées in situ. Le promeneur écoutant se retrouve parfois dans la situation de l’errance, généralement urbaine, contrainte par les sources ou ressources sonores rencontrées ou recherchées. Il suit des chemins dans une sorte de jungle urbaine qui n’emprunte plus forcément les voix fonctionnelles tracées par les impératifs du travail, de la consommation, du loisir. Il rejoint en cela l’errance chère aux situationnistes debordiens. Arrivé dans un secteur d’écoute pour lui encore vierge, il commence à défricher et déchiffrer de l’oreille les territoires traversés par sa pérégrination. L’écoutant n’est alors plus guidée par des repères liés à des activités sociales bien définies, voire cloisonnées, mais par les aléas du terrain, la rencontre inopinée d’ambiances et de sources pour la plupart mouvantes et fluctuantes. Une fanfare au loin attirera son oreille et ses pas, puis c’est le son d’une fontaine, ceux de conversations animées d’un marché, d’un carillon, d’une gare toute en résonnances… Sa déambulation sera induite par une série d’événements, ou de micros événements sonores, qui inscriront dans la ville un parcours nomade. parfois tortueux, qui ne se renouvellera pas forcément à l’identique à chaque marche. Pour autant, au fil de ses parcours dans un même lieu, le promeneur ne sera pas totalement broyé dans l’inconnu de flux sonores immaîtrisables, se fixant progressivement des points de repères plus ou moins inamovibles. Ces jalons auriculaires (cloches, fontaines), sortes de phares auditifs, atténueront la sensation d’errance, de promeneur en mal constant de points d’accroches, donc dans une forme assez inconfortable de perdition. Je fais volontairement abstraction ici de la vue, de l’odorat qui, s’ils peuvent, à l’identique de l’écoute, inviter à se perdre au gré des rencontres, contribueront aussi à terme, à assoir une géographie maîtrisée, plus rassurante, du paysage. Le promeneur écoutant pourra ainsi, à sa guise, jongler entre deux attitudes somme toute parfaitement complémentaires. Celle d’une errance au gré des accidents rencontrés, convoquant pour en jouir pleinement un degré de sérendipité assumé, et celle du trajet ponctué de points d’ouïe préalablement identifiés, relativement stables, tant géographiquement qu’acoustiquement. Entre le plaisir d’une errance, l’aventure d’un territoire et donc d’une écoute non apprivoisés, non maîtrisés, et celui d’un trajet en partie bornés de repères sonores, les chemins de traverses restent innombrables tant la chose sonore est heureusement partiellement imprévisible.

Entre sédentarité et nomadisme urbain, mon oreille balance !

Desartsonnants, promeneur écoutant

Publicités

A propos Desartsonnants

Promeneur écoutant, paysagiste sonore, spécialiste des arts sonores, concepteur sonore, curator, conférencier
Cet article, publié dans balade sonore, cartographie sonore, Environnement, Parcours sonore, Paysage sonore, Réflexion, Recherche, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le promeneur écoutant, une figure du nomade urbain ?

  1. marccrunelle dit :

    Bonsoir la France !

    que pensez-vous du point de vue de Pierre Mariétan: selon lui, le soundscape devrait se traduire non pas par « paysage sonore », mais par « le son du paysage » ?
    toujours content de vous lire.
    J’ai scanné pour vous un article sur Google view avec du son, mais je ne peux joindre d’attachment …

    Marc Crunelle

    • Bonjour,
      Je pense très honnêtement que celà n’a pas beaucoup d’importance pour moi. Paysage sonore, un paysage qui sonne, traduction littérale et il est vrai un brin restrictive du Soundscape de Schafer… qui a d’ailleurs accolé un sous-titre « The Tuning of the World » L’accord, l’accordage du Monde, au sens musical du terme. Sons du paysage oriente plus la définition vers les sources, les ressources, en démusicalisant peut-être le titre lié au Soundscape. Mais je pense que l’acte d’écoute est plus important que l’approche sémantique. Qu’écoute t-on, comment, avec qui, quand, où, pourquoi, qu’en déduit-on, qu’en fait t-on…? Pierre est très attaché aux définitions, dont certaines crées par lui pour ses ateliers, ses analyses et ses modèles d’écoutes, telle la « ..perspicuité sonore, qui
      permet de mesurer la qualité, autrement dit la clarté, du rapport entre signal et rumeur… »
      Ces analyses et définitions sont effetivement très intéressantes, dans une lignée pédagogique et musicale similaires à celles de Murray Scafer, même si, à mon avis,, elle peuvent parfois éloigner l’écoutant du pur plaisir, de l’expérience brute, de l’écoute in situ.

      Gilles

      PS : mon adresse mail directe est desartsonnants@gmail.com
      Je serai à City Sonic, à Mons, à partir du 5 au soir, jusqu’au 14.

  2. Bonjour à vous deux,
    par hasard je tombe sur votre correspondance. Il est vrai que mon plaisir à l’écoute du monde passe d’une certaine façon autant par la compréhension de ce qui se passe que par l’appréhension sensible des faits sonores ( lorsqu’il j’y trouve intérêt). Sans les mots justes pour dire les choses ressenties c’est parole vaine.
    Bien à vous PM

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s