Triste résonance !


Ce matin, j’émerge après une journée entre abattement et colère, chagrin et révolte, dégoût et rage. Une journée où il est difficile de se concentrer sur une tâche tant la pensée est obnubilée de visions sanglantes et de souvenirs de dessins qui ont marqué mon adolescence de leurs rafraîchissantes impertinences. Une journée où l’on a envie de crier ses ressentis sans vraiment pouvoir le faire, trop épidermiquement, où l’on n’a pas non plus envie de participer à une surenchère médiatique parfois limite indécente… Bref beaucoup de contradictions mises à nues dans cette atroce journée. Ce matin, c’est l’impression de se réveiller avec une terrible gueule de bois, une amertume tenace, symptôme d’une forme de mal-être, devant la fragilité de notre monde, ou plutôt de ce que l’on espérerait comme une véritable humanité … C’est aussi la grande crainte, si se n’est déjà un fait avéré, de voir des idéologies nationalistes, identitaires, entretenir à desseins de nauséeux amalgames entre religions, peuples et terrorisme, celui qui n’hésite pas à user de la pire violence meurtrière, lâche, aveugle, inhumaine… Et puis c’est également une tel sentiment d’impuissance face à ce terrorisme larvé, qui déplace une forme de guerre au cœur même de la cité. Je lisais encore ce matin que deux attentats aux bus piégés avaient fait au Yémen une quarantaine de morts chacun. Victimes innocentes prises dans la spirale ultra-violente de ceux qui veulent imposer leur doctrine à tout prix, y compris en assassinant leurs propres frères !
Nous sommes enlisés dans une situation périlleuse, où se télescopent des conflits au Moyen-Orient, une pauvreté sociale qui ne fait que creuser d’immenses fossés entre riches et pauvres, livrant parfois une population sans espoir, sans avenir, aux mains d’immondes spécialistes de l’endoctrinement radical. Le tout sur un fond de montée nationaliste qui profite de ces grandes misères sociales et intellectuelles pour gangréner une Europe peinant à définir ses propres valeurs. Garder la tête droite et espérer en un monde meilleur n’est pas toujours facile, tiraillé entre dégoût, colère et espoir. Saint-Exupéry disait « Dans chaque désert se cache un oasis… » Puisse-il avoir raison !

See on Scoop.itDESARTSONNANTS – Gilles Malatray – Vers un art du paysage sonore

Publicités

A propos Desartsonnants

Promeneur écoutant, paysagiste sonore, spécialiste des arts sonores, concepteur sonore, curator, conférencier
Cet article a été publié dans acousmatique, société. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s