La marche s’honore, faites attention à la marche !


La marche s’honore,

faites attention à la marche !

Tout marcheur risque un jour de trébucher. Mais les obstacles, ont le dit, forment le marcheur, lui montrant sans doute comment les déjouer. Déjouer, quel drôle de verbe pour un musicien promeneur écoutant qui aurait plutôt tendance à jouer avec les sons!

La meilleure façon d’marcher, c’est encore la notre ? Mais prenons en compte aussi celle des autres. Emboîtons leurs le pas. Emboîter le pas de quelqu’un n’est pas s’asservir irrémédiablement à son itinéraire. C’est faire route de concert, partager un bout de chemin, temporairement, chacun dans une démarche qui lui est propre, une pensée singulière, un affect personnel, mais réunis dans une portion de route commune, partagée

Considérons une pratique qui, depuis déjà des années, s’érige en art. Et oui, le mot est laché, j’ai bien Art. L’art de la marche. Pas seulement un art de vivre. L’artiste marcheur existe-t-il ? Sur les traces d’un paysage en perpétuel recomposition, au pas à pas, le land artiste a, entre autre, contribué à écrire de vastes espaces traversés. Lignes et détours, crochets et raccourcis, traces éphémères, voire immatérielles, collées aux semelles, ancrées à la pensée mouvante, émouvante parfois. L’image, le texte, la trace et le son, comme autant de matières, de matériaux, à même de construire et de partager le récit de parcours, d’errances, de flâneries, d’itinéraires, en espaces urbains comme en pleine nature. Le poète aussi, tout comme l’écrivain, de Balzac à Rimbaud, de Benjamin à Réda, tous ont trempé leurs pas dans la boue des ruelles, dans le flux des ruisseaux, comme suivant une muse qui justement, musarderait de bon cœur.

La marche est un art conceptuel dira t-on encore, même si elle a un sens pratique qui la rend accessible au plus grand nombre, y compris aux plus récalcitrants des méandres symboliques, des labyrinthes métaphysiques, des conjugaisons d’une méandreuse abstraction paysagère. Marcher reste un moyen d’aiguiser son esprit, ses sens à l’épreuve de territoires, le sens, l’essence de la marche faisant foi.

Suivre à la trace, y compris sonore. Ne parle t-on pas de pistes lorsque l’on effectue un montage audionumériques. Sound Tracks. Nous pouvons aussi pister le sons in situ, en plaçant son oreille dans la traine de sonorités faisant chemin. Nous arrivons ainsi, sans grand raccourcis ni détours, à la soundwalk, cette déambulation où le but est principalement de tendre l’oreille sur le monde. Tendre l’oreille alentours pour étendre le paysage, y compris jusqu’au hors-champ.

La déambulation, toutes oreilles ouvertes, nous ouvre les portes de paysages sonores. Soundscapes souvent ignorés car habituellement traversés comme une série d’espaces que la trivialité du quotidien, l’emprise du visuel, et sans doute de la musique-même, nous masquent insidieusement.

Il devient difficile de suivre à la trace ce qui est recouvert de multiples couches résiduelles qui étouffent dans l’œuf le champ du sonore, le chant des cités et des forêts, des villages et des ruisseaux.

La marche nous ramène dans un temps, une temporalité, un rythme, tout emprunts de modestie, où le promeneur se voit doter de perceptions élargies, excitées par un simple vent dans les oreilles, comme un rafraîchissement des plus stimulant.

Prendre le temps de marcher, d’écouter, de combiner mouvements et sensations, couleurs sonores et stimuli, se couler dans des postures associées au fait de parcourir, d’arpenter pour en reconnaître les moindres recoins, si besoin est, nous ramènent à un état plus serein. On peut, à l’aune de décalages sensoriels, de bribes poétiques comme des « surprises ordinaires », échapper à une certaine folie bruyante, prendre un recul évitant le stress d’un magma sonore subi sans garde-fou.

La marche est-il (aussi) un art ? Ou participe t-elle dans son mouvement à produire des œuvres performatives, assimilables à une production artistique ? Le fait que la marche, ou ses traces, entrent parfois dans une galerie, fasse l’objet de colloques dont les problématiques convoquent l’esthétique, semblent nous confirmer que oui, la marche, en tout cas lorsqu’elle et pensée et pratiquée comme telle, entre bien dans le champ artistique. Une performance déambulatoire, où le sonore, pour reprendre l’exemple des soundwalks, est au centre d’un processus d’écriture, de création, s’inscrit véritablement dans une (dé)marche artistique. Bien sûr, de multiples autres formes de marches, n’incluant pas forcément la création sonore, ou nées de pratiques hybrides, transgenres, où l’écoute n’est pas positionnée comme axe prioritaire, sont également envisageables comme autant de parcours sensibles pouvant générer une création artistique.

Lorsque l’on a goûté au plaisir de déambuler, solitaire ou en groupe, en puisant dans ses trajectoires une incroyable matière à pétrir des doigts et des oreilles, l’immobilité et les murs nous semblent terriblement enfermants, sclérosants.

Alors terminons pas un simple conseil : attention à la marche ! Ne vous méprenez pas cependant, sur cet adage, qui ne se fait pas ici l’avocat du diable. Entendez par là qu’il ne faut pas vous méfier de la marche, mais au contraire, lui porter de l’attention. Invitez la, pratiquez la, expérimentez la dans de multiples lieux et contextes, tirez en toutes les parcelles de plaisir que possible. Si vous l’adoptez comme une posture familière, elle vous le rendra au centuple, et plus encore si affinités.

http://www.scoop.it/t/deambulations-urbaines

Publicités

A propos Desartsonnants

Promeneur écoutant, paysagiste sonore, spécialiste des arts sonores, concepteur sonore, curator, conférencier
Cet article, publié dans arts sonore, écoute, Environnement, Parcours sonore, Paysage sonore, Réflexion, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s