Pratiques sonores expérimentales et subversives


Pratiques sonores expérimentales et subversives

Substrate performance with Martin Kuentz

Performance de Martin Kuentz pendant le concert d’ouverture « Alles, was sie über Chemie wissen müssen » (Tout ce que vous DEVEZsavoir sur la chimie) du 2011 Club Transmediale (CTM) à Berlin, le 28 janvier 2011. Image © CTM. [Cliquez sur l’image pour l’agrandir.]

Le caractère éphémère et diversifié du concept de subversion dans la création musicale en fait un concept complexe, difficile à définir et illustrer. Dans ce numéro, on l’aborde sous l’angle des pratiques expérimentales avec tourne-disques, cassettes et autres dispositifs, des genres marginaux, de la sculpture sonore et des modèles alternatifs de distribution musicale.

Subversive Qualities in Experimental Practices
par Karin Weissenbrunner

Après une brève discussion sur la subversion en art, quelques exemples de pratiques expérimentales contemporaines utilisant entre autres des dispositifs électroniques faits à la main illustrent les façons dont ces curieuses inventions remettent en question les usages conventionnels de la technologie. Ces pratiques démontrent que la musique électronique peut s’enrichir de caractéristiques visuelles et théâtrales.

The Musical Underground and the Popular and Classical Overground
par Stephen Graham

Les pratiques musicales expérimentales n’ont pas COURS seulement dans les institutions artistiques et les établissements d’enseignement, mais également dans les clubs, les pubs et les chambres noires à travers le monde. Nous abordons les principales questions esthétiques et culturelles que soulèvent ces pratiques, de la musique noise à l’improvisation.

Plunderphonics, or Audio Piracy as a Compositional Prerogative
par John Oswald

Si la créativité est un champ, le droit d’auteur est une clôture. Nous sommes tous propriétaires de nos efforts créatifs et notre degˆré de tolérance aux intrusions dépend entièrement de nous, compositeurs et électroacousmaticiens. Ces réflexions furent présentées initialement lors d’une conférence de la CEC, il y a 30 ans.

Negative Money: Care of Editions
par Gary Schultz

À l’aide de différents modèles de distribution, Care Of Editions intègre des éléments liés au temps, à l’espace et à la performance dans la langue d’Internet. Grâce aux profits tirés des ventes de vinyles, les auditeurs sont payés pour télécharger les mêmes albums selon le modèle Negative Money.

Réflexions personnelles

Copyriot
par dieb13

L’histoire de la musique pour tourne-disque est aussi celle de la technologie et des idées des gens sur le potentiel offert par l’enregistrement du son et la lecture en différé. L’auteur discute de son rapport au tourne-disque comme instrument et des conséquences politiques de cette adaptation technologique.

A Personal Approach to Subversion
par Antony Maubert

Après une exploration du concept de subversion en art, l’auteur fait ressortir, par l’analyse de quatre de ces œuvres, un développement qui est progressivement devenu plus radical, du simple engagement social et politique à la subversion. La critique de son PROPREmilieu est tout aussi importante que la critique des « autres ».

Scherzophobia: Toward a postmusic
par Jon Panther

Inspiré par l’appel de Nam June Paik (Fluxus) pour la création de « postmusique » et des pratiques de guérilla d’artistes comme Banksy, le travail de l’auteur sur la transmission dans des contextes inattendus brouille la frontière entre les sphères publique, privée et artistique.

Épater la bourgeoisie… whatever. On the obsolescence of subversion
par jef chippewa

À une époque marquée par la diversité, l’autoségrégation exercée non seulement par l’establishment mais aussi par les communautés expérimentales, et l’intégration institutionnelle de la radicalité culturelle, la subversion artistique est-elle possible? Ou ce concept devrait-il être envisagé selon une perspective différente de ce que l’on a connu jusqu’à présent?

Pratiques expérimentales et subversives

Instant Cut
par JD Zazie

Un texte sur la pratique expérimentale pour tourne-disque, écrit comme un concert imaginaire de musique pour tourne-disque. Bien au fait de la longue histoire des techniques de collage, d’échantillonnage et d’assemblage, JD Zazie a organisé et réagencé des échantillons de texte par juxtaposition, décontextualisation, fragmentation, répétition, scratch, ERREUR et texture sonore.

[GALERIE] Graham Dunning

Dans ses projets solos et collectifs, Dunning s’affaire à utiliser le disque comme instrument de création musicale plutôt que de manière conventionnelle comme support de diffusion. Il conçoit son travail comme une forme de subversion de la musique électronique clinique, ouverte aux accidents et à l’insolite.

[GALERIE] Martin Howse

En performance, en INSTALLATION et sur support enregistré, l’auteur tord et brise la base matérielle de l’informatique et de la technologie, subvertissant la division, la discrétisation et la rationalité inhérentes du projet scientifique au profit d’une nouvelle forme d’animisme matérialiste.

[GALERIE] Timo Kahlen

Les erreurs et les intermittences intentionnelles, de même que les phénomènes et les processus éphémères jouent un rôle important dans la création des sculptures sonores et des INSTALLATIONS sonores pour sites spécifiques bien souvent subversives et dérangeantes de l’artiste médiatique allemand Timo Kahlen.

Entrevues

A Snapshot of My Deepest Psyche: Interview with turntablist Joke Lanz [EN] / Eine Momentaufnahme meiner tiefsten Psyche: Interview mit Turntablist Joke Lanz [DE]
par Karin Weissenbrunner

L’artiste sonore suisse Joke Lanz, aussi connu sous son sobriquet Sudden Infant, parle de sa seconde vocation en tant que platiniste. Il discute de ses spectacles solos et collectifs, de ses expériences avec orchestre et des joyaux sonores de sa collection de disques.

Analogue Synthesizers, Phonetics and the Human Voice: Conversation with Romanian-American composer Gheorghe Costinescu
par Bob Gluck

Au début des années 1970, Costinescu a étudié au Columbia-Princeton ELECTRONIC Music Center, où il s’est intéressé aux similitudes entre le fonctionnement mécanique des synthétiseurs et le conduit vocal humain. Il a ensuite enseigné au Lehman College (New York) et a mis sur pied le studio de musique électronique de l’école.

From “Doing the Dirty Jobs” to Electronic Music Composer: Conversation with Spanish composer Andrés Lewin-Richter
par Bob Gluck

Pendant ses études à Columbia-Princeton dans les années 1960, Lewin-Richter devait « se salir les mains » alors qu’il était responsable des concerts de musique électroacoustique de plusieurs salles de concert. Par la suite, il a créé le Barcelona ELECTRONIC Music Studio et le Phonos Studio (maintenant appelé Phonos Foundation).

Sources : http://cec.sonus.ca/econtact/16_4/index_fr.html

Advertisements

A propos Desartsonnants

Promeneur écoutant, paysagiste sonore, spécialiste des arts sonores, concepteur sonore, curator, conférencier
Cet article, publié dans arts sonore, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s