Formation : De la nature à l’architecture, dévoilements de l’eau par l’écoute, 11-13 juillet 2015, Digne les Bains


Formation : De la nature à l’architecture, dévoilements de l’eau par l’écoute

11-13 juillet 2015, Digne les Bains

image3ème édition de l’école d’été sur le sonore, la 1ère a eu lieu en 2013 et la 2d en 2014 avait pour thème la nuit.

Organisateurs : aCousson4 &  , avec laPARTICIPATIONde Christian Hugonnet, Président fondateur de la Semaine du son.

Contact : romieu.p@wanaddo.fr ou cecile.regnault@wanadoo.fr

Programme complet à télécharger

Argument :

Leau : une thématique ruisselante

Qu’elle soit dormante en plan d’eau, ruisselante en fines gouttelettes sur la roche et la mousse, débordante de puissance en régime torrentiel, proposée aux jeux et divertissement en piscine, dédiée aux soins du corps en établissement thermal, reprise en jets et canons dans les délicates architectures des fontaines ou encore témoignage des temps révolus dans sa présence aux lavoirs, l’eau n’en finit jamais de rafraîchir l’imagination. Gaston Bachelard, entre autre, l’a magnifiquement illustré dans un de ces fameux ouvrages consacré à l’imagination matérielle1.

Ainsi l’eau est tout à la fois matérielle et immatérielle, vitale et imaginante, captive et libre, dormante et rugissante ! Quel beauPROGRAMME ! Cette complexité que l’homme a toujours reconnue et su magnifier n’est certes pas étrangère aux faveurs que semble avoir aujourd’hui la thématique aquatique ! Mais l’eau s’inscrit surtout au cœur de nos expériences du mouvement, de l’habiter. L’eau est territorialisante. Quelle belle occasion nous est donnée, à l’heure où le terme de territoire est convoqué à tort et à travers que de distinguer finement par l’écoute ce qui fait territoire et ce qui fait espace !

Leau : thématique locale, thématique globale

A l’instar de nombreuses autres régions méditerranéennes,LA PROVENCE a devancé – tout au moins dans une grande partie de l’Europe – une attitude de forte sensibilité à la question de l’Eau qui est aujourd’hui perçue comme un problème environnemental et politique majeur. Il est coutumier en Provence d’affirmer que « Aïqui l’aigo es d’or ! », autrement dit que « Ici l’eau est d’or ! ». L’or bleu semble aujourd’hui déborder les problématiques environnementales contemporaines en devenant un puissant enjeu des politiques écologiques mondiales, voire des politiques tout court.

Leau : ambiant majeur des paysages

Toutefois notre séminaire se limitera à une approche strictement écophonique en interrogeant, par une présence active sur le terrain et par des apports théoriques précis, les différentes manières qu’a l’eau de produire et de configurer de micros espaces. L’eau ne se laisse pas facilement saisir, c’est connu. Elle ne se laisse pas plus facilementENREGISTRER et nous aborderons la question de la capture sonore de l’eau par enregistreur.

PROGRAMME :

Vendredi 10 juillet (soirée)

Accueil desPARTICIPANTS au domaine de La Peyrière

Samedi 11 juillet

9h-­‐9h45HÔTEL DE VILLE (salle)

Présentation des contenus et des objectifs du séminaire

9h-­‐45-­‐12h-­‐30 (terrain)

Le partage des eaux : espace urbain et espace aquatique

Écoute orientée des fontaines du centre ville dignois.

13h30-­‐17h30 (terrain)

Visite écoutante et descriptive de la piscine et du plan d’eau dignois. Analyse spatiale, prise de notes.

17h30-­‐19h (salle) Synthèse de la journée

Dimanche 12 juillet

9h-­‐12h-­‐30 (terrain, circuit de l’eau)

Espaces sonores et paysages, frontières aquatiques et sensorielles

Plongée dans le sentier de l’eau du Musée Promenade du Géoparc. Ce dispositif d’écoute est la première réalisation de L’Observatoire Sonore de Haute Provence. Il a été élaboré par des étudiants de l’IUT de Digne (Licence pro Tourisme durable) sous la responsabilité de Patrick Romieu auCOURS de l’année universitaire 2014-­‐2015.

Cette séquence du séminaire sera l’occasion de réfléchir à la présence de l’eau dans les pratiques d’aménagement et de valorisation, sur les relations déplacement/écoute, sur la délimitation de points d’ouïe pertinents.

14h-­‐18h (terrain, circuit de l’eau)

Spatialité sonores et dispositifs d’écoute: espaces ouverts, espaces bâtis, place et rôle de l’architecture dans l’approche sonore. Apports théoriques et méthodologiques, écoutes réactivées et analyses.

18h-­‐19h (salle extérieure) Synthèse de la journée

Lundi 13 juillet

9h-­‐10h30 (terrain)

Espaces d’eau, espaces de mots

En retournant sur le terrain nous croiserons écoute des fontaines et lectures de textes relatifs à l’eau. Cette lecture sera prise en charge par un écrivain, spécialiste des performances poétiques in situ.

11h-­‐12h30 (salle)

Capter l’eau

Atelier de prise de son (avec laPARTICIPATION de Christian Hugonnet)

Les techniques de prises de son exposées balanceront entre deux attitudes :

-­‐ Celle du paysagiste en field Recoding. Il s’agit pour le promeneur-­‐écoutant de capter les sonorités de l’eau dans le contexte environnemental et acoustique et de composer un paysage. Les choix consistent en un savant mélange entre les outils de captation, (enregistreurs, micros…) , spatialisation et la recherche des meilleures conditions d’émergence du son de l’eau du fond ambiant : moments, distance, orientation, fixe ouMOBILE ?

-­‐ Celle du scientifique cherchant le meilleur compromis pour rendre la matière sonore aquatiquePROPREMENT dite. Elle focalise l’attention du preneur de son sur l’objet sonore, sa juste puissance, ses rythmes, sa clarté et son rendu timbral. Dans ce cas, la méthode consistera à choisir le bon matériel, la bonne distance, une « focale » qui permette de reconnaître l’objet à capter.

13h30-­‐17h30 (terrain)

Enregistrements individuels

Les   participants procèdent à la sélection de sites pertinents selon les   matières sonores aquatiques repérées à l’oreille et réalisent desCARTES POSTALES sonores.

17h-­‐30-­‐19h (salle)

Écoute collective desENREGISTREMENTS effectués et synthèse

22h (La Peyrière) Soirée de clôture

Les Sidérations Jean Perdrizet

Textes poétiques lus par Nathalie Quintane.

Performances Rock Extra galactique sous les arbres, La Peyrière, Digne, Avec Stephen Loye, le collectif Zébulon Marteau

Ouvert à tous, sans prérequis-­‐ présence souhaitable sur 3 jours entiers.

Frais d’inscription : 300 € -­‐ étudiants 100 € . Nous appeler

Lieux : 1.HÔTEL DE VILLE de Digne les Bains / 2. Domaine de la Peyrière : 10 kms du centre ville.

Formateurs : C. Regnault (06 8735 8625), P. Romieu (06 80 38 49 74 ou 04 92 62 17 59)

avec laPARTICIPATION de Christian Hugonnet, acousticien, Président fondateur de la semaine du son.

Matériel. Utiliser de préférenceVOTRE matériel de prise de son et ordinateur pour les éventuels montage. Des micros , perche ou pied pourront vous être prêtés.

Hébergements à votre disposition

Deux campings sympas à Digne, au bord d’une petite rivière / Possibilité de camping gratuit à La Peyrière (venir toutefois avec son équipement )/HÔTELS OU AIRBNBtrès abordables en centre Ville

  1. Bachelard, Gaston. L’Eau et les rêves : essai sur l’imagination de la matière. Paris : J. Corti, 1985. 265 p. [↩]
Advertisements

A propos Desartsonnants

Promeneur écoutant, paysagiste sonore, spécialiste des arts sonores, concepteur sonore, curator, conférencier
Cet article, publié dans arts sonore, écoute, ecologie sonore, Environnement, formation, Paysage sonore, Sound Art, soundscape, Stage, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s