COLLOQUE « MUSIQUE EN MOUVEMENT : SONS ET NOUVELLES MOBILITÉS » – MUSIC ON THE MOVE : SOUNDS ANS NEW MOBILITIES


Music on the Move: Sounds and New Mobilities

PARIS, 8 DECEMBER 2015 CRAL/EHESS (Paris) – University of Cambridge Musique en mouvement: sons et nouvelles mobilités

Keynote speaker: Prof. Michael Bull (University of Sussex) Organising Committee / Comité d’organisation : VIOLETANigro Giunta (PhD candidate, CRAL/EHESS) Nicolò Palazzetti (PhD candidate, CRAL/EHESS) Amparo Fontaine (PhD candidate, University of Cambridge) Vera Wolkowicz (PhD candidate, University of Cambridge)

CALL FOR PAPERS Breathing to sing, echoing screams in a cave, plucking guitar strings, applauding and clapping, surfing the web toDOWNLOAD, dancing to music, performing foreign scores, translating an opera, chanting in protests or in religious processions. Sound is movement and music is on the move. Since the end of the 20th century, the notion of ‘mobility’ seems to be ubiquitous in social sciences as a prominent cross-disciplinary agenda. Many scholars even refer to a new mobilities paradigm or a mobility turn (Sheller and Urry 2006; Adey et al. 2013; Faist 2013) stressing the importance of movement when studying historical or contemporary societies and individuals (Cresswell and Merriman 2011; Dureau and Hily 2009). If the entire world might seem to be on the move, it has become crucial to understand ‘how the fact of movement becomes mobility’, i.e. how ‘movement is made meaningful’ (Cresswell 2006, 21). The mobility turn draws on theories already present in the social sciences, such as theWORK of Georg Simmel and his analysis of the human ‘will to connection’, the research on the hybrid nature of sociotechnical systems in science and technology studies (e.g. transport), the postmodern notion of spatiality (which conceives the essence of places, societies and states as constantly in motion), or the increasing centrality of the corporeal body as a way to explore the world. Today, ‘mobility’ is seen as related to the idea of ‘circulation’ (of people, goods, ideas, cultures), which includes ‘movement’ and ‘nomadism’ but surpasses these notions. Firstly, it is based on the assumption that people and places are interconnected, where the latter are not fixed locations but are constituted from a variety of flows that circulate through themCONTINUOUSLY. Secondly, ‘mobility’ implies reciprocity; as a consequence, fixed notions of identity and of ‘passive’ reception are disregarded in favour of a permeable notion of national boundaries and the complexity of cultural exchanges. Thirdly, ‘mobility’ comprises the concepts of travel and of transport, conceived as the core of social and cultural life. Fourthly, ‘mobility’ involves centralities and exclusions: this new paradigm considers the emancipatory quality of some kinds of motilities as opposed to the exclusive character of others. Finally, ‘mobility’ is materialized: a complex set of material tools is necessary in order to perform a networked society. Issues of ‘mobility’ have been present in the field of musicology. Nevertheless, as a part of the social sciences, musicology has explicitly incorporated ‘mobility’ through the growing field of sound studies (Bull 2013; Sterne 2012), i.e. the investigation of ‘the primacy of sound as a modality of knowing and being in the world’ (Back and Bull 2004, 3). Michael Bull argues that mobile audio technology, instead of cutting us off from the world we live in, allows us to explore and construct the spaces of our everyday life (Bull 2007). This is in resonance with the concepts of ‘soundscape’ (Murray Schafer 1994) and ‘soundwalking’ (Westerkamp 2007), with the aesthetics of environmental sound (Pecqueux 2012; Biserna and Sinclair 2015), with ‘contemporary transnational practices of technologically-mediated sound production, consumption, and diffusion that are at the heart of popular music studies’ (Chapman 2013), and, finally, with recent research projects developed in France (such as Musimorphoses). Mobility studies are now broadening their perspectives into new territories belonging also to musicology, such as musical migrations, receptions, transfers as well as music history (Gopinath and Stanyek 2014a, 2014b). This conference seeks to join this existing number of approaches and methodologies that have been taking place especially in English-speaking academia: we aim to support the presence of ‘mobility’ in continental musicology and to discuss its limits and advantages. For this purpose, we welcome proposals for 20-minute papers (in English or French) that provide new insights on music through mobility, without any geographical or historical limitations. The suggested areas of research are the following: – CULTURAL AND SOCIAL MOBILITIES: class, identities, political movements, reception of musics and musicians, cultural transfers, consumption; – GEOGRAPHICAL MOBILITIES: migrations and circulation of musicians and musical goods (recordings, scores, musical instruments); – TECHNOLOGICAL MOBILITIES:PORTABILITY and materiality (walkmans, iPod, mp3 players), streaming, web music, videos; – MOVEMENT IN MUSICAL AESTHETICS AND PRACTICES: librettos and operas about mobility, movement in musical composition (repetition, rhythm, serialism, spatiality), mobility in the history of western music, music encompassing several genres and cross-genre music, movement as art form, immobility. Abstracts of no more than 400 words should be sent both to violeta.ng@ehess.fr and nicolo.palazzetti@ehess.fr by 15 September 2015. Please include title, name,AFFILIATION, email address, AV requirements and a short biography (150 words). The Committee will notify applicants of the outcome by 15 October 2015. Submissions from graduate students and early career researchers will be particularly welcome. If you have any further queries, please contact the organising committee by emailing violeta.ng@ehess.fr, nicolo.palazzetti@ehess.fr, af504@cam.ac.uk or vw261@cam.ac.uk.

APPEL A COMMUNICATIONS Respirer pour chanter, entendre l’écho de sa voix, pincer les cordes d’une guitare, frapper dans ses mains pour applaudir, surfer sur le web pour télécharger, danser sur de la musique, jouer des partitions étrangères, traduire un opéra, chanter dans des manifestations ou dans des processions religieuses. Le son est un mouvement et la musique est en mouvement. Depuis la fin du XXe siècle, la notion de « mobilité » semble être omniprésente dans les sciences sociales. Des nombreux chercheurs mentionnent même un nouveau paradigme de mobilité ou mobility turn (Sheller et Urry 2006 ; Adey et al. 2013 ; Faist 2013) soulignant l’importance de la notion de mouvement lorsque l’on étudie des sociétés historiques ou contemporaines et des individus (Cresswell et Merriman 2011 ; Dureau et Hily 2009). Si tout le monde semble être en mouvement, il est devenu crucial de comprendre « comment le fait du mouvement devient mobilité », c’est-à-dire comment « le mouvement se fait significatif » (Cresswell 2006, 21). Le mobility turn s’appuie sur plusieurs questions théorique déjà présentes dans les sciences sociales, tels que lesTRAVAUX de Georg Simmel et notamment son analyse de la « volonté de connexion » de l’être humain, les recherches sur la nature hybride des systèmes sociotechniques dans les sciences et études en technologie (par exemple, le transport), la notion postmoderne de la spatialité (qui observe les lieux, les sociétés et les États comme en constant mouvement), ou encore l’importance croissante du corps pour explorer le monde. De nos jours, la « mobilité » est enLIEN avec l’idée de circulation (des personnes, des marchandises, des idées, des cultures), qui intègre les notions de mouvement et de nomadisme, mais les dépasse. Tout d’abord, elle repose sur l’hypothèse que les gens et les lieux sont interconnectés, dans un schéma où les lieux ne sont pas des lieux fixes mais des lieux constitués d’une variété de flux qui circulent continuellement à travers eux. Ensuite, la « mobilité » implique la réciprocité ; c’est pourquoi des concepts fixes tels que ceux d’ « identité » ou de « réception passive » sont relayés au second plan au profit d’une idée de perméabilité des frontières nationales et d’une perception complexe des échanges culturels. Troisièmement, la « mobilité » emprunte les notions de voyage et de transport conçues comme le cœur de la vie sociale et culturelle. La « mobilité » implique aussi des centralités et des exclusions, c’est-à-dire que ce nouveau paradigme considère l’aspect émancipatoire de certaines mobilités, et l’aspect d’exclusion et d’in-audibilité d’autres. Enfin, la « mobilité » se matérialise : un ensemble d’outils matériels est nécessaire afin de mettre en place une société connectée. Des questions de « mobilité » étaient déjà présentes dans la musicologie. Néanmoins, dans le cadre des sciences sociales, la musicologie a explicitement incorporé le concept de mobilité grâce au domaine des sound studies (Bull 2013 ; Sterne 2012), c’est- à-dire l’étude de « l’éminence du son comme une modalité de connaître et d’être dans le monde » (Back et Bull 2004, 3). Michael Bull propose que la technologie audio mobile, au lieu de nous couper du monde où nous vivons, nous permette d’explorer et de construire les espaces de notre vie quotidienne (Bull 2007). Cela entre en résonance avec les concepts de « paysage sonore » (Murray Schafer 1994) et de «soundwalking» (Westerkamp 2007), avec l’esthétique du son environnemental (Pecqueux 2012 ; Biserna et Sinclair 2015), avec les pratiques contemporaines transnationales de médiation « technologique » des production, consommation et diffusion sonores qui sont au cœur des études sur la musique populaire (Chapman 2013) et enfin, avec les récents projets de recherche développés en France (par exemple, Musimorphoses). Les études sur la mobilité ont récemment élargi leurs perspectives en explorant deNOUVEAUX territoires appartenant également à la musicologie, – telles que les questions de migrations musicales, de réceptions, de transferts –, et à l’histoire de la musique (Gopinath et Stanyek 2014a, 2014b). Cette conférence vise à joindre ces approches et méthodologies existantes qui se sont récemment développées, en particulier dans les universités anglophones. Nous avons pour objectif de soutenir la présence de « mobilité » en musicologie continentale et de discuter autour de ses limites et de ses avantages. À cette fin, nous attendons des propositions de communication de 20 minutes (en anglais ou en français) qui offrent de nouvelles perspectives sur la musique par le biais de la mobilité, sans aucune limitation géographique ou historique. Les axes de recherche proposés sont lesSUIVANTS : – MOBILITES CULTURELLES ET SOCIALES : classe, identités, mouvements politiques, réception des musiques et musiciens, transferts culturels, consommation ; – MOBILITES GEOGRAPHIQUES : migrations et circulations des musiciens et des marchandises musicales ENREGISTREMENTS, partitions, instruments de musique) – MOBILITES TECHNOLOGIQUES : portabilité et matérialité (baladeurs, mp3, iPod), streaming, musique web, vidéos ; – LE MOUVEMENT DANS L’ESTHETIQUE ET DANS LES PRATIQUES MUSICALES : livrets et opéras sur la mobilité, le mouvement en composition musicale (répétition, rythme, sérialisme, spatialité), la mobilité dans l’histoire de la musique occidentale, la musique qui englobe plusieurs genres et croix-genre de musique, le mouvement en tant que forme d’art, l’immobilité. Des résumés de 400 mots (maximum) doivent être envoyés conjointement à violeta.ng@ehess.fr et à nicolo.palazzetti@ehess.fr avant le 15 septembre 2015. Veuillez inclure: titre, nom, affiliation, adresse électronique, exigences AV, biographie (150 mots). Le comité informera les candidats des résultats le 15 octobre 2015. Les communications de doctorants et de chercheurs en début deCARRIÈREseront particulièrement bienvenues. Si vous avez des questions supplémentaires, n’hésitez pas à contacter le comité d’organisation : violeta.ng@ehess.fr, nicolo.palazzetti@ehess.fr, af504@cam.ac.uk ou vw261@cam.ac.uk.

References / Références : Adey, Peter, David Bissell, Kevin Hannam, Peter Merriman, and Mimi Sheller, eds. 2013. The Routledge Handbook of Mobilities. London: Routledge. Back, Les, and Michael Bull, eds. 2004. The Auditory Culture Reader. London: Bloomsbury Academic. Biserna, Elena, and Peter Sinclair, eds. 2015. “AudioMOBILITY: Locus Sonus.” WI: Journal of Mobile Media 9 (2). Bull, Michael. 2007. Sound Moves: iPod Culture and Urban Experience. London: Routledge. ———. 2013. Sound Studies: Critical Concepts in Media and Cultural Studies. London: Routledge. Chapman, Owen, ed. 2013. “Sound Moves: Intersections of Popular Music Studies, Mobility Studies and Soundscape Studies.” WI: Journal of Mobile Media 7 (1). Cresswell, Tim. 2006. On the Move: Mobility in the Modern World. New York: Routledge. Cresswell, Tim, and Peter Merriman, eds. 2011. Geographies of Mobilities: Practices, Spaces, Subjects. Farnham (UK): Ashgate. Dureau, Françoise, and Marie-Antoinette Hily, eds. 2009. Les mondes de la mobilité. Rennes: Presses Universitaires de Rennes. Faist, Thomas. 2013. “The Mobility Turn: A New Paradigm for the Social Sciences?” Ethnic and Racial Studies 36 (11): 1637–1646. Gopinath, Sumanth, and Jason Stanyek, eds. 2014a. The Oxford Handbook of Mobile Music Studies. Vol. 1. 2 vols. New York: Oxford University Press. ———, eds. 2014b. The Oxford Handbook of Mobile Music Studies. Vol. 2. 2 vols. New York: Oxford University Press. Murray Schafer, Raymond. 1994. The Soundscape: OurSONIC Experience and the Tuning of the World. 2nd ed. Rochester (VT): Destiny Books. Pecqueux, Anthony, ed. 2012. “Les bruits de la ville”. Communication 90. Paris: Editions du Seuil. Sheller, Mimi, and John Urry. 2006. “The New Mobilities Paradigm.” Environment and Planning A 38: 207–226. Sterne, Jonathan, ed. 2012. The Sound Studies Reader. London: Routledge. Westerkamp, Hildegard. 2007. “Soundwalking.” In Autumn Leaves: Sound and the Environment in the Artistic Practice, edited by Angus Carlyle, 49–54. Paris: Double Entendre.

ADRESSE – EHESS, Paris

Publicités

A propos Desartsonnants

Promeneur écoutant, paysagiste sonore, spécialiste des arts sonores, concepteur sonore, curator, conférencier
Cet article, publié dans arts sonore, colloque, Conférence, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s