EXPOSITION « LÀ D’OÙ VIENT LE BRUIT »


À PROPOS DE L’EXPOSITION

Le titre «Là, d’où vient le bruit» est tiré de la vidéo réalisée par Edouard Beau sur le front contre l’E.I en 2014. Le responsable de la faction kurde demande à ses hommes de ne pas tirer, de rester patiemment là où ils sont et d’écouter là d’où vient le bruit des tirs. L’ouïe, dans le noir, devient l’unique repère…

Fermer les yeux, tendre l’oreille, se concentrer, ne pas tirer…

Et, bien évidemment, sous le coup du stress, de la peur et de l’ignorance face à la situation, là comme ailleurs, les hommes bientôt usent de leur munitions inutilement dans la nuit profonde…

Pour cette deuxième exposition dans sa nouvelle maison arlésienne, la fondation Manuel Rivera-Ortiz vous propose d’écouter le bruit du monde et, grâce aux photographes et vidéastes choisis avec soins, de vous approcher de la source de ces bruits et de leurs conséquences: avec Edouard Beau nous parcourerons l’histoire de l’Irak depuis le début du XXIe siècle, avec Titus Simoens nous irons écouter ce que les montagnes chinoises ont à apprendre aux jeunes garçons qui grandissent sous leurs ailes, avec Laurence Bonvin nous irons à l’écoute minitieuse des populations déplacées de Captown, avec Pablo Ernesto Piovano nous serons plongés dans les terribles conséquences humaines des traitements chimiques des territoires agricoles en Argentine, échos fatal des accords passés par le pays avec les grandes firmes de l’agro alimentaire et enfin les sculptures de Simo Aagadi nous ramèneront ici et maintenant avec l’empreinte des corps de migrants que leur chemin chaotique a mené jusqu’à nous.

Entre photographies, films et installations sonores documentant les infra-sons qui se situent sous le seuil de l’attention médiatique, vous serez accompagnés par les artistes à la rencontre d’hommes et de femmes qui vivent pris dans l’engrenage d’un monde qui ne leur a pas demandé leur avis.

Les expositions que vous découvrirez ne sont pas des consécrations d’artistes mais des étapes de travail, des partages de réflexions et d’attentions à notre monde.

Ce sont les débuts d’un dialogue triangulaire entre les artistes, les hommes et femmes qui apparaissent sur les images et vous.

Nicolas Havette
Directeur artistique de la fondation Manuel Rivera-Ortiz

______________________________________

Les artistes :

SIMO AAGADI – Survie
EDOUARD BEAU – Irak / Pour mémoire
LAURENCE BONVIN – Sounds of blikkiesdorp
PABLO ERNESTO PIOVANO – El costo humano
TITUS SIMOENS – Mount Song

______________________________________

VERNISSAGE – 20 NOVEMBRE 2015 – 19H00
______________________________________

18 RUE DE LA CALADE – ARLES
DU 12 Nov. 2015 au 20 Jan. 2016
DU JEUDI AU SAMEDI / 14h > 19h

WWW.MROFOUNDATION.ORG

ABOUT THE EXHIBITION :
«There, where the sound comes from» is the title of the exhibition, taken from Edouard Beau’s video on the Islamic state in 2014.The head of the Kurds commands his men NOT to shoot, to remain still and be patient, and to listen to where the sound of gunfire is coming from. In the darkness, sounds becomes the only references…Eyes shut, ears open, mind focused, no shooting… And of course, out of nervous stress, fear and ignorance of what’s happening, there as anywhere, men retaliate, senselessly, shooting their ammunition into the dark night.

For this second exhibition in Arles, the MRO Foundation invites you to listen to the sounds of the world, thanks to the rigorous selection of photographers and video makers, one can source these sounds and their outcomes.
With Edouard Beau, we track Irak’s early 21st century History.
With Titus Simoens we listen to the mountains in China and to what young boys are taught.
With Laurence Bonvin we listen intensely to displaced communities in Capetown.
With Pablo Ernesto Piovano we measure the terrible human aftermath of chemical treatments on agricultural land in Argentina, the result of fatal / lethal deals between huge agri-food firms and Argentina.
While Simo Aagadi’s sculptures move us, in the here and now, with traces of migrants’ bodies rocked and tossed.Photographs, films, sound and interactive performances document those infra-sounds that fly under the threshold of media scrutiny.These artists introduce us to men and women caught up in a world not of their choosing.The purpose of these exhibitions is not to enshrine the artists but to show steps in their work, to share their thought process and concern for our world. This is a triangular discussion involving artists, the men and women shown in the images, and us.

Nicolas Havette, artistic director

______________________________________

THE ARTISTS :

SIMO AAGADI – SURVIVAL
EDOUARD BEAU – IRAQ, FOR THE RECORD
LAURENCE BONVIN – SOUNDS OF BLIKKIESDORP
PABLO ERNESTO PIOVANO – THE HUMAN COST
TITUS SIMOENS – MOUNT SONG

______________________________________

18 rue de la Calade, Arles, France
11/12/15 > 01/20/16
Thursday to saturday
2pm > 7pm

* * *

Publicités

A propos Desartsonnants

Promeneur écoutant, paysagiste sonore, spécialiste des arts sonores, concepteur sonore, curator, conférencier
Cet article, publié dans acousmatique, Exposition, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s