PARUTION – TOUT OUÏE – ANNE GONON


TOUT OUÏE
Quelques notes de lecture

toutouielacreationmusicaleetsonoredanslespacepublic

 

C’est tout naturellement assis sur un banc, un de mes favoris du reste, les oreilles frottées à l’espace urbain, à l’espace public, que je lis et découvre le dernier ouvrage d’Anne Gonon « Tout ouïe »  Or ce dernier traite justement de la création sonore et musicale dans l’espace public, donc forcément de l’écoute (environnementale) qui m’est si chère.
Anne Gonon, auteure, chercheuse, journaliste, sentinelle veilleuse, passionnée par les arts de la rue, et notamment par les pratiques sonores qui s’y déploient, nous livre un ouvrage très intéressant et agréable à lire, foisonnant de références, d’expériences, d’analyses et d’entretiens.
Son approche évite l’écueil de l’inventaire érudit, notamment de par son approche questionnant tout à la fois les lieux, les pratiques et les acteurs, soulevant des problématiques sur les statuts de l’écoute comme de l’écoutant, au travers leurs histoires esthétiques, sociales, politiques, économiques, écologiques… Il s’agit de montrer des exemples, bien évidemment non exhaustifs, qui illustrent et interrogent les expériences in situ, petites ou grandes formes, intimes ou grandiloquentes, les façons de faire sonner, de proposer des postures d’écoute, de militer (ou non) pour une cause sociale, écologique, de transmettre, de donner à voir et à entendre…
Le livre démarre d’ailleurs en fanfare, dans tous les sens du terme. Entre amateurisme festif et professionnalisme (également festif), latino ou klezmer, comment l’espace public, et ses usagers est secoué par des flux cuivrés et percussions, mais aussi comment ces exubérances festives ne menacent -elles pas le renouvellement même des ensembles de rue dans leurs pratiques, leurs esthétiques, leur avenir ? Voici donc une des nombreuses problématiques posées par Anne Gonon.
Bien sûr, dans l’extraordinaire vivier d’exemples et de ressources disponibles, je suis parfois frustré que certaines pratiques, ou certains pans historiques ne soient pas abordés plus en détail. Je citerai par exemple, pour les fanfares, certains aspects « traditionnels et fonctionnels » qui éclairent un peu mieux le monde des fanfares contemporaines, même si leurs instrumentations peuvent paraître un brin décalées. Ainsi les fanfares de joutes de la vallée du Rhône, les sonneurs de chasses à courre, les bandas du sud-ouest pour les férias et autres festivités tauromachiques, les bagads bretons… auraient sans doute trouver ici une petite place. Mais l’exhaustivité n’étant pas de ce monde, je comprends les choix parfois cornéliens que doit effectuer un auteur dans ce genre d’ouvrage.
D’ailleurs une des difficultés d’un tel travail de recherche et d’écriture est de trouver un plan qui puisse aider des formes de lectures thématiques, tout en évitant de trop cloisonner des pratiques de plus en plus multi, inter et transdisciplinaires. Si la création sonore en espace public s’appuie bien au départ, et logiquement, sur la chose sonore, le corps, l’art performance, les arts plastiques, les scénographies, les dispositifs numériques, virtuels, les différentes causes politiques écologiques défendues, viennent brouiller les pistes de pratiques sans doute moins clairement « rangées et catégorisées «  qu’il y a quelques décennies.
Si nous prenons déjà les appellations successives, plus ou moins teintées de politiques culturelles, telles que le théâtre de rue, les arts de la rue, et aujourd’hui les arts en espace public, on voit bien que les ramifications, l’extension des pratiques et les contextes politiques, font sans cesse bouger ce que l’on pourrait  tenter de ranger dans un genre, même plus ou moins précis.
C’est donc avec une certaine finesse que le livre tente de trouver des formes catégorielles à la fois assez larges pour montrer les croisements et hybridations possibles, et assez questionnantes pour donner des fils thématiques qui ne noient pas le lecteurs dans une multitudes d’hypothèses et de références.  Nous trouvons ainsi des chapitres, des thématiques, voire problématiques, questionnant des musiques  confrontées à l’espace, différentes formes de narrations, de théâtralisation, des parcours, marches et déambulations, des dépaysements cherchant à prôner des aménités paysagères, à mettre en jeu des fondements de l’écologie sonore post schaférienne… Les observations tissant l’ossature de l’ouvrage sont essentiellement tirées de travaux d’artistes français, même si quelques pionniers incontournables élargissent le territoire vers d’autres contrées inouïes. Ces approches structurent efficacement la lecture, d’autant plus qu’elles sont écrites à plusieurs voix et modes de narrations. La voix de l’auteure, s’appuyant souvent sur des entretiens réalisés avec de nombreux artistes praticiens, celles de journalistes, critiques, rapportant des récits d’expériences de façon sensible et très personnelle, et celles d’artistes interviewés, parlant de leur travaux. Cette polyphonie donne au livre une diversité de points de vie (et d’ouïe) tout à la fois assez tonique et  cohérente.
Sans doute aurais-je aimé un peu plus de développements, ou de critiques, au sens positif du terme. dans les expériences rapportées par  certains journalistes et/ou critiques, mais le format de l’ouvrage voulu par l’auteure explique sans doute cette petite frustration.
Étant moi-même un fidèle observateur, critique, de la création sonore contemporaine, et à la fois un praticien de terrain, je me sens parfois un peu tiraillé entre plusieurs thématiques du livre, où je me retrouve assez naturellement embarqué dans plusieurs chapitres, que ce soit autour de l’écologie, de la narration, des soundwalks… mais l’enjeu de cette publication est sans doute de montrer les passerelles, interstices, superpositions, qui rendent le terrain à la fois passionnant, et néanmoins pas toujours facile à saisir de prime abord.
Quelques thèmes récurrents viennent assoir des pratiques liées à la création sonore en espace public, les pertes de repères, les trompe-l’oreille nous fourvoyant entre le vrai et le faux, le trivial et l’imaginaire, notamment dans les parcours au casque, ou le fait de puiser des ressources sonores in situ et/ou d’en ramener, voire de « recycler » celles prélevées sur le terrain, le fait de jouer sur des postures d’écoute inhabituelles, surprenantes, de concevoir des lutherie expérimentales autant qu’environnementales.
Force est de constater que le parcours au casque tient a priori une large place tant dans le livre que sur le terrain, et que, personnellement, je reste un brin dubitatif sur le fait que ces pratiques, non seulement n’isolent pas l’écoutant de son milieu, mais ouvrent quasi systématiquement des oreilles plus aguerries sur le monde. Mais cela n’engage bien sûr que moi.
Au final, ce livre apporte un nouvel éclairage des arts sonores et musiques en espace public, tant dans la richesse et la diversité de ses propositions, dans son style clair et agréable, que dans ses réflexions ébauchées qui pourraient ouvrir de nombreuses nouvelles voix de réflexions, voire d’écritures et d’expérimentations.
Je me suis étonné parfois, de l’absence de quelques « vétérans » expérimentateurs de la chose sonore en espace public, notamment Pierre Delosmes et son Eléphant vert ou Cyril Hernandez et La Truc, Olivier Comte et Le commando des souffleurs poétiques, peut-être pour d’autres publications… mais remercie sincèrement Anne Gonon pour son beau travail et notamment pour  l’attention portée sur les écoutes déambulatoires et écologiques d’un certain  Desartsonnants.
Et pour conclure, comme le dit en introduction l’auteure « Il vaudrait mieux s’entendre »…

Blog d’Anne Gonon : La sentinelle

Site de l’éditeur : http://www.web183018.clarahost.fr/224-tout-ouie-la-creation-musicale-et-sonore-dans-lespace-public-9782355392.html

Publicités

A propos Desartsonnants

Promeneur écoutant, paysagiste sonore, spécialiste des arts sonores, concepteur sonore, curator, conférencier
Cet article, publié dans arts sonores, livre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour PARUTION – TOUT OUÏE – ANNE GONON

  1. Ping : PARUTION – TOUT OUÏE – ANNE GONON | Esam//udio~

  2. Ping : Des cadeaux à lire pour Noël – Du sons plein les mots | DESARTSONNANTS – SONOS//FAIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s