DE L’ART SONORE EN FRAC, ET AU-DELÀ


Arts sonores, exposez vous !

an-ase

Depuis déjà quelques années, durant lesquelles j’ai effectué et j’effectue une veille et une médiation autour des arts sonores, une curation dirons nous aujourd’hui, je constate hélas un certain ronronnement, terme qui pourrait être approprié à ce champ artistique, dans la production d’expositions, en France en tous cas.

La majorité des expositions « d’arts sonores », qui pourraient présenter une vraie diversité montrer et faire entendre un panel intéressant de la production contemporaine, est mise en place par les FRAC, ce qui du reste paraît bien normal car ces organismes jouent ici leur rôle sur le terrain.  Constituer des fonds, des collections, les diffuser de façon décentralisée, les médiatiser, soutenir une création artistique « vivante », sont en effets les missions principales des FRAC, et je me réjouis que ces derniers aient progressivement intégré la création sonore, pour en proposer parfois des expositions thématiques, comme par exemple à Troyes actuellement avec Expérience sonore.

Néanmoins, le fait que peu d’autres structures ne proposent réellement ce type d’expositions, si ce n’est le beau travail de la galerie « Le bon accueil » à Rennes, et parfois quelques échappées des écoles d’arts, fait j’ai l’impression, au fil des années, de revoir sans cesse les mêmes choses. Les FRAC défendant, et encore une fois à juste titre les artistes qu’elles « hébergent », nous voyons donc revenir régulièrement des formes de programmations récurrentes, des œuvres qui en deviennent emblématiques, et sans doute un brin systématiques. Certes, les œuvres sont souvent très intéressantes, le propos des artistes pertinent, mais au-delà, on reconnait souvent une esthétique FRAC, design épuré, art conceptuel, parfois contextuel, esthétique allant parfois plus vers la représentation du son que vers la matière sonore elle-même, mais on connait bien les difficultés de cohabitation de ce types d’œuvres et d’installations…

Bref, il me manque souvent un coup de fraîcheur, un brin de surprise, voire de folie, que je peux trouver parfois dans des manifestations comme City Sonic, y compris, régulièrement,  ça et là, dans des travaux d’étudiants (Bourges, Mulhouse, Locus Sonus…)

Je ne jette pas du tout la pierre aux FRAC qui, je le répète, font un très bon travail d’aide à la création, de diffusion, de pédagogie, mais déplore sans doute le manque de diversité, lié à une certaine forme de timidité, ou de méconnaissance, de manque de curiosité, voire de crainte face à un média qui ne se laisse pas apprivoiser si facilement que cela.. Ces constats m’amènent à dire que d’autres structures ou événements, qui pourraient un brin sortir plus librement des sentiers battus, n’entrainent finalement que peu notre écoute et notre regard vers d’autres territoires plus inouïs.

Sans doute que la création sonore, qui semble être aujourd’hui admise comme un champ esthétique en soi, ne s’est encore pas tout à fait émanciper d’un large réseau artistique pour avoir une vie propre, et que beaucoup de choses restent encore à faire, notamment dans sa diffusion.

Publicités

A propos Desartsonnants

Promeneur écoutant, paysagiste sonore, spécialiste des arts sonores, concepteur sonore, curator, conférencier
Cet article, publié dans arts sonores, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s