4’33


Voila, c’est décidé, je me lance, dans une nouvelle chronique, qui d’ailleurs n’en est pas vraiment une.

Plutôt un objet textuel non identifié, sans forme ni format précis, si ce n’est les caprices et autres dérives parfois, de son rédacteur.

Pour cela, une liste d’œuvres sonores fut dressée, parmi celles qui marquèrent, et marquent encore le blogueur ici écrivant; des coups de cœur sans doute, liés à des circonstances, rencontres, ou à je ne sais quoi d’autre de non ou peu identifiable dans l’absolu.

Puis un texte en voie d’écriture, en rapport, des mots et des phrases, résonnant avec l’œuvre, l’artiste, se mettant en écho, non pas façon forcément historique, ni critique, mais plutôt dans une approche instantanément instinctive, affective, bref très libre.

Enfin nous verront bien ce qu’il en résultera…

Au départ, l’idée était de partir sur une liste de dix œuvres, soit emblématiques, soit ayant signé pour moi de belles rencontres, ouvert des réflexions qui m’habitent encore. Mais il s’avéra que ce numérus clausus très fermé, trop resserré, me plongeait dans une grande frustration. Donc une autre dizaine fut rajoutée, puis une autre, puis une autre, portant à ce jour la liste à quarante œuvres « élues », tout genre confondus.

Restait à définir par laquelle j’allais entamer ce petit chantier d’écriture, et l’ordre alphabétique me parut, une fois de plus, pour couper court à trop d’hésitation, de hiérarchisation, comme un procédé optimum et égalitaire dans le traitement. La mise en tableau trié de cette liste fit donc apparaître en premier Monsieur Cage en personne, avec 4’33, le temps d’une musique hors-norme.

455036373737_1

4’33

Tout d’abord,  du silence (habité), un rituel, une partition, un séquençage qui puise dans l' »habituel » musical pour finalement sortir des sentier battus sonores

Une matière sonore qui n’est pas celle que l’on attendait, là où on l’attendait, mais qui est belle et bien présente, tapie dans le dit silence, rebelle et capricieuse

Une injonction à s’ouvrir sur un inconnu, au risque de s’y perdre un brin, mais de retrouver un autre entendement

un manifeste, élargissement de l’écoute vers… Peut-être pour qui sait entendre

Des portes elles aussi ouvertes à l’extérieur

Une alarme de téléphone mobile non polluante, un emblème de l’écologie sonore

De l’incompréhension face à un ovni dont le sens, a priori, a au départ échappé au commun des écoutants, et que dire des communs des mélomanes

Et l’humour de John Cage, qui n’y est certainement pas pour rien

Un coup de pied, parmi d’autres, chez cet artiste, dans une fourmilière sono/musicale qui ne demandait une fois de plus qu’à s’agiter, au grand dam des oreilles sages chastes

Les limites du silence, voire son impossibilité flagrante, obsédante; métaphysique comprise

Avec le Discours sur rien, une synthèse manifeste, qui cache bien son jeu

Un pendant conceptuel à des œuvres blanches, contemporaines, à un minimalisme (musical) Américain

Une œuvre qui évite sans doute aux éditeurs de longues mises en page, voire des frais d’impression

Et qui de surcroit peut être écoutée par tous, surtout par des sourds muets, ainsi à égalité sensorielle 

Un sommet « historique » en quelques minutes seulement et trois mouvements

Peut-être une des vraies œuvres open source, que tout un chacun peu se réapproprier (en citant les sources), en solitaire ou avec un public – averti, au sens premier du terme.

Un très long point d’orgue, néanmoins installé dès le début

Une œuvre prolongeant celle d’Alphonse Allais « Marche funèbre composée pour les funérailles d’un grand homme sourd« , humour compris

Si un bruit vous dérange, écoutez le (et vous l’aimerez)

Tacet

Tacet

Tacet

 

 

A propos Desartsonnants

Promeneur écoutant, paysagiste sonore, spécialiste des arts sonores, concepteur sonore, curator, conférencier
Cet article, publié dans arts sonore, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s