Table ronde – Prendre des voix et les restituer


6b86-5c42e280-1f-316d7740

Date : 1 février 2019 de 17h30 à 19h30
de 16h30 à 17h30 : Test et écoute des récits dans les deux dispositifs La cabine sonore et LoSonnante

L’objet de la table ronde est de faire dialoguer les récits de vi(ll)es avec l’invention de nouveaux dispositifs d’écoute dédiés à l’espace public, en particulier La cabine sonore de LALCA* et LoSonnante**.

*La cabine sonore a été conçu pour diffuser les paroles des usagers des Bains douches de la Métropole Lyonnaise dans le projet « Hospitalité(s) – Bains-Douches » co-développé par le groupe LALCA et le laboratoire LAURe-EVS-UMR 5600.
** Les Os, le Son la LoSonnante utilise la conduction osseuse pour emmener l’utilisateur.trice à travers un univers sonore unique : une mise en récit d’un territoire en donnant la parole à celles et ceux qui le vivent au quotidien, aux histoires que l’on se raconte et aux images que l’on s’en fait.

Lorsque le sociologue réalise des entretiens, par commodité, il enregistre les échanges pour mieux les analyser et en tirer la substantielle moelle. Mais au-delà de leur dimension sémantique les voix captées contiennent des couches d’émotions difficiles à transcrire par l’écriture. Cette matière sonore si riche lorsqu’elle est vivante peut-elle être restituée dans les lieux où elle a été captée. Quelle relation s’opère entre la capture des voix et leur retour dans l’espace public ? Comment rendre l’échange plus fécond, redonner aux personnes les voix qui leur ont été “volés” ?  Comment fabriquer des récits qui gardent l’émotion de l’échange. Quelles formes de compositions imaginer ? Quelle esthétique acoustique créé pour rendre l’âme des voix ?
Par ailleurs, le design des objets, les dispositifs architecturaux, leur porosité avec l’environnement sonore, leur disposition dans l’espace public ne sont évidemment pas neutres. Les formes de diffusion du son sont multiples : proches de l’oreille ou au contraire dans une chambre acoustique. Monophonique, stéréophonique ou la multiphonie ? Quels moyens techniques pour quels résultats acoustiques ?

Au delà du dispositif spatial nous interrogeons dans nos recherches la place que peut prendre la restitution de paroles usagères dans la fabrique de la ville de demain. Est-ce que ces nouveaux dispositifs d’écoute pourraient un rôle dans la manière de penser et fabriquer les ambiances des quartiers dans lesquels ils sont installés ?

 

Courte bio des intervenants de la table ronde


Fabien Pinaroli (animateur de la table-ronde)
est artiste et curateur. L’étude et la mise en place de modalités collectives dans et en dehors du champ artistique sont au centre de ses préoccupations. Avec le plasticien David Wolle, il anime TimeLine La Soie, une co-production située à l’Autre Soie (dans le quartier villleurbannais où la soie a été industrialisée) qui consistera à écrire collectivement avec un groupe d’habitants et en trois dimensions, l’histoire subjective de ce quartier.

Corentine Baudrand
navigue entre la création artistique, la médiation, l’urbanisme et le développement culturel. Ses expériences artistiques dans l’espace public à l’échelle d’un lieu ou d’un territoire l’amène à s’interroger sur la place de l’événementiel et de l’art dans le développement urbain. Il s’agit pour elle de concevoir un vrai sens politique à l’espace public et de créer du commun appropriable par les citoyens.

Julie Bernard
architecte et plasticienne réalise des installations et des interventions urbaines, vidéos, sonores et cartographiques. Attirée par la manière dont les villes se pensent et se fabriquent, elle utilise le langage plastique pour interroger la pensée de l’urbain, la manière dont les personnes en situation précaire vivent la ville et comment la mobilité choisie ou subie définit l’habiter éclaté.

Florent Ottello
artiste chorégraphique et diplômé en architecture, ses projets explorent les multiples relations entre les artistes, les spectateurs et l’espace qu’ils occupent, aussi bien sur une scène de spectacle que dans l’espace public. Intéressé par la texture de l’espace vécu et la manière de le représenter par le temps, il met en jeu la définition de l’intimité dans l’espace public.

Cécile Regnault
est architecte et conceptrice d’environnements sonores. Elle est maître de conférences en Sciences et techniques pour l’architecture à l’ENSAL depuis 2006. Aujourd’hui, elle mène ses recherches avec l’équipe du LAURE (UMR 5600 EVS)  autour de trois thématiques : l’expérience et les représentations sensibles de l’espace, la dimension sonore de l’architecture et du paysage, la recherche-création par l’expérimentation. Elle est directrice de l’atelier Aciréne qui met en pratique les Observatoires sonores du paysage et participe à des missions de concertation et de conseil sur la part sonore des projets urbains.. Elle réalise des expositions et installations sonores. Elle est impliquée dans le projet onusien de promotion des cultures sonores et des bonnes pratiques en matière d’urbanisme avec La semaine du son.

Corine Védrine
est anthropologue. Elle est maître de conférences en Sciences de l’homme et de la société pour l’architecture à l’ENSAL depuis 2012. Ses activités de recherche allient recherche académique depuis 1999 dans des laboratoires affiliés au CNRS et recherche-action en tant que chargée de mission pour les collectivités locales depuis 1997. C’est dans ce cadre que des expériences ont été menées, notamment avec des designers, sur l’évolution tant des formes mêmes de l’enquête que celles de la restitution des résultats à la fois aux commanditaires et au grand public.

Sébastien de Pertat
Après des études de Géographie au sein du master Innovation et Territoire, à l’institut de Géographie Alpine (Grenoble), il poursuit aujourd’hui le développement du dispositif LoSonnante au sein des laboratoires AAU-CRESSON et Pacte et avec un accompagnement de la SATT Linksium. LoSonnante est une installation sonore d’écoute par conduction osseuse. À travers cette installation, son équipe cherche à questionner les dimensions sonores d’un territoire, à travers ses récits, ses paysages, ses ambiances.

Thomas Bonnenfant
est architecte et responsable de la structure NUIT뉘ARCHITECTURE. Il exerce en collaboration avec des équipes pluridisciplinaires dans la novation des édifices, des grands territoires, la ville. Plasticien diplômé de l’École Supérieure des Beaux-arts du Mans en 2009, j’ai instigué les « stations d’écoute soldienne » dont les vibrations sonores, à l’instar des ondes électromagnétiques, deviennent elles aussi une matière à créer. Le projet s’étoffe en 2010 lors de la collaboration avec les laboratoires LAUM, LAM et L’IRCAM et les Ateliers écouter autrement.
Actuellement aux laboratoires AAU-Cresson et Pacte ces recherches se poursuivent autour du développement du projet LoSonnante. L’écoute osseuse du dispositif est ici une manière de révéler des contes, des paroles et récits d’habitants.    

Marc-Antoine Granier
est compositeur et auteur. Pour lui la musique n’est pas faite que de notes mais aussi de sons, de bruits en tous genres qui, une fois assemblés, deviennent compositions et paysages chimériques. Il écrit également des créations radiophonique au travers desquelles il partage sa sensibilité à la ville, essaie de comprendre « d’autres » urbanités, grâce à des rencontres incongrues, des histoires farouches, des récits hors normes ou des sons sauvages que l’on entend que la nuit. Des interstices de l’intime à l’urbanité sonore ses créations cheminent entre le documentaire, le récit musicale et l’écriture poétique.

Christian Hugonnet
est acousticien et Président fondateur de La semaine du son.
Il dirige depuis 1993 un cabinet de conseil en acoustique pour les salles de concert et les studios d’enregistrement. Il dirige des séminaires sur l’acoustique et les techniques d’enregistrement dans de nombreuses sociétés de radio et de télévision. Il inaugure en 1998 l’International multichannel Sound Forum (FISM), reconnu comme la première plateforme européenne professionnelle d’échanges et de démonstrations sur le son surround.  En 2004, il a lancé la première édition de La semaine du son qui est devenu un événement international visant à éduquer le public et les élus sur l’importance sociétale du son.

 

190201_installation cabine sonore

 

190201tableronde 1erfevrier2019

 

6b86-5c42e280-23-316d7740

A propos Desartsonnants

Promeneur écoutant, paysagiste sonore, spécialiste des arts sonores, concepteur sonore, curator, conférencier
Cet article, publié dans arts sonore, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s