Sélection – La semaine du Son 2017 à Bordeaux – Des PAS – Parcours Audio Sensibles


http://www.lasemaineduson.org/

Publié dans Atelier, PAS - Parcours Audio Sensible | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Sélection – La semaine du son 2017 – Villes, architecture, urbanisme… Pensez le son !


`

 

http://www.lasemaineduson.org/

Publié dans journée d'étude | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

« Rencontres Acousmatiques » 2017


« Écouter l’art des sons écritures, modes & dispositifs » APPEL À CONTRIBUTION pour la préparation des  » Rencontres Acousmatiques 2017  » qui …

Source : « Rencontres Acousmatiques » 2017

Publié dans acousmatique | Laisser un commentaire

« Rencontres Acousmatiques » 2017


« Écouter l’art des sons écritures, modes & dispositifs » APPEL À CONTRIBUTION pour la préparation des  » Rencontres Acousmatiques 2017  » qui …

Source : « Rencontres Acousmatiques » 2017

Publié dans acousmatique | Laisser un commentaire

2017 en marche, et en écoute


voeux2017

Marcher de concert, pour écouter,

Inaugurer (officiellement) un Point d’ouïe,

Pratiquer des ateliers d’écoute et d’écriture sonore en marche,

Des cartes postales sonores,

Des PAS – Parcours Audio Sensible en tous genres,

Des médiations, radio, causeries autour des arts sonores,

boire un vert et tendre l’oreille,

2017 au PAS à PAS

Et à portée d’oreilles !

 

L’autre site : https://desartsonnantsbis.com/

Publié dans acousmatique, arts sonores, PAS - Parcours Audio Sensible | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Des cadeaux à lire pour Noël – Du son plein les mots


Andrey Smirnov
SOUND in Z: Experiments in Sound
and Electronic Music in Early 20th Century Russia

soundinz_wire

This publication offers an introduction to Russia’s contribution to the birth of electronic music, sound synthesis
and audio technology in the early 20th Century. It is a story of politics and power, of the institution and the avant-garde, of collaboration and personal achievement, of ambition, opportunity and oppression. It is a story
of remarkable personalities, curious inventions, astonishing performances, radical ideas, complex mathematics, pioneering electronics, engineering, design and experimentation. It is also a story of patents and funding applications, of success and failure, support and rejection, optimism and disillusionment, hunger and poverty.
It is a story of which only fragments are known, not only in the West but also within Russia itself. Increased interest in this area in the past two decades – not least in the life and work of Leon Theremin – has seen more scholarly research in the field. Sound in Z makes a valuable contribution to this revival of interest and is intended
as a catalyst for further academic research. Consequently, much visual and textual material featured here has
rarely – if ever – been seen either in print or in English before. <…>

Les fous du son

Laurent de Wilde

9782246859277-001-x_0

Qui a pu être assez fou pour avoir eu, un jour, l’idée de faire de la musique avec de l’électricité ? Et comment est-ce possible d’ailleurs ? Qui se cache derrière ces instruments loufoques, ancêtres des pianos numériques actuels, ces immenses orgues criblés de fils électriques ou ces claviers surréalistes aux notes futuristes, dont les noms insensés – télégraphe harmonique, théâtrophone, Telharmonium, Audion Piano, Ondes Musicales, Orgue B3, Clavivox ou Polymoog – disent déjà la folie ?  Des amoureux du son, très certainement, mais surtout d’immenses inventeurs.
Ils s’appellent Edison, Cahill, Martenot, Mathews, Moog ou encore Zinovieff et Kakehashi, ils sont américains, anglais, français, russes ou japonais, et ils ont en commun un esprit insatiablement curieux et créatif, un amour des circuits électriques et des notes harmoniques, et une vision révolutionnaire de la musique. Successivement, ensemble et parfois en s’opposant, ils vont changer le visage du son en nous faisant passer, en près d’un siècle et demi, du piano acoustique aux bijoux technologiques d’aujourd’hui. De 1870 à nos jours et du premier microphone au dernier synthétiseur, Laurent de Wilde nous emporte dans la formidable épopée du son en retraçant les incroyables destins de ces magiciens. A travers cette galerie de portraits truculents (les inventeurs ont une légère tendance à divorcer et vivre selon des règles étranges), c’est toute l’histoire du XXe siècle que l’on revit au rythme des avancées de la modernité et de leurs milliers d’inventions (de la radio à Internet, du phonographe au microprocesseur), à mesure que l’on plonge dans l’univers impitoyable de la musique, où la course aux brevets et la concurrence font rage.

Musique et environnement

Jean-Yves Bosseur

musique-et-environnement

Par-delà toute prise de position idéologique ou politicienne, la réflexion sur l’écologie est devenue de plus en plus présente dans notre société contemporaine, et les musiciens n’ont pas tardé à se sentir fortement concernés, ce qui a suscité, de leur part, des réponses de multiples natures.
Certains compositeurs ont cherché à investir des lieux plus ouverts que la traditionnelle salle de concert, tandis que d’autres ont eu recours aux moyens technologiques et médiatiques les plus récents pour capter et diffuser les sons qui nous entourent afin de les reprendre à leur compte ou de dialoguer avec eux, voire les révéler tels quels.
La musique ayant de plus en plus tendance à envahir notre quotidien, d’autres encore ont entrepris de créer de nouveaux types d’environnement et de signalétique sonores. Et ces tentatives s’accompagnent fréquemment de confrontations avec différentes disciplines artistiques. L’initiateur d’une telle démarche n’était-il pas Erik Satie avec sa « musique d’ameublement » ? Mais qu’aurait-il pensé du matraquage de la Muzak quelques décennies plus tard ?

Tout ouïe

Anne Gonon

tout-ouie-la-creation-musicale-et-sonore-dans-lespace-public

Premier ouvrage dédié à la création musicale et sonore en espace public, véritable essai sur la question de l’écoute, Tout ouïe se penche sur ce phénomène artistique en explorant une grande diversité de démarches (compositeurs, metteurs en scène, plasticiens) et d’esthétiques.

Parcours avec casques, installations, spectacles, concerts, séances d’écoute à l’oreille nue… la musique et la création sonore se déploient à l’air libre à travers une palette de plus en plus riche et diversifiée. Les dispositifs et formats conçus par les créateurs sonores pour l’espace public invitent le spectateur-auditeur à des expériences esthétiques hétéroclites. L’ouvrage Tout ouïe accompagne le lecteur dans la découverte de ce véritable phénomène musical et sonore.
Anne Gonon propose une plongée en milieu acoustique qui révèle les mutations de l’ère sonore contemporaine (montée en puissance des technologies, bouleversement de l’écoute de la musique, écologie sonore) et explore un grand nombre de démarches de metteurs en scène, de compositeurs et de plasticiens. Des entretiens avec des artistes — Nicolas Frize, Janet Cardiff et George Bures Miller, pali meursault — témoignent de l’hybridation de leurs pratiques au contact du son.
Les journalistes et critiques Olivier Bertrand, Julie Bordenave, Hélène Doudiès, Gilles Kerdreux, Pascal Mouneyres et Anne-Lou Vicente livrent des récits de spectacles, installations ou marches sonores. Leurs contributions apportent un éclairage sensible et incarné sur cette formidable expérience qu’est l’écoute.
In fine, c’est bien l’écoute qui constitue le fil directeur de Tout ouïe. Ou comment les artistes, en jouant avec le son hors les murs, nous proposent d’ouvrir grand nos oreilles pour être, plus que jamais, vigilants et attentifs aux autres et à l’état du monde.

Notes de lecture Desartsonnants : https://desartsonnants.wordpress.com/2016/05/29/parution-tout-ouie-anne-gonon/

Histoire du silence – De la Renaissance à nos jours

Alain Corbin

histoire-silence-corbin-ok_0

Le silence n’est pas la simple absence de bruit. Il réside en nous, dans cette citadelle intérieure que de grands écrivains, penseurs, savants, femmes et hommes de foi, ont cultivée durant des siècles. À l’heure où le bruit envahit tous les espaces, Alain Corbin revient sur l’histoire de cet âge où la parole était rare et précieuse.
Condition du recueillement, de la rêverie, de l’oraison, le silence est le lieu intime d’où la parole émerge. Les moines ont imaginé mille techniques pour l’exalter, jusqu’aux chartreux qui vivent sans parler. Philosophes et romanciers ont dit combien la nature et le monde ne sont pas distraction vaine. Une rupture s’est produite, pourtant, aux confins des années 1950, et le silence a perdu sa valeur éducative. L’hypermédiatisation du XXIe siècle nous contraint à être partie du tout plutôt que de se tenir à l’écoute de soi, modifiant la structure même de l’individu.
Redécouvrir l’école du silence, tel est l’enjeu de ce livre dont chaque citation est une invitation à la méditation, au retour sur soi.  Avec ce goût pour l’insaisissable qui a donné naissance à ses plus grands livres, (Le miasme et la jonquille, Les cloches de la terre…), Alain Corbin nous invite à entendre une autre Histoire.

Bonnes lectures festives !

Publié dans livre | Tagué , , | Laisser un commentaire

Stage – Mise en forme du paysage sonore ) Les techniques de studio – GMVL à Lyon


mef2017

mef20172

Publié dans acousmatique, Stage | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Workshop – École d’hiver au CRESSON – Ambiances sonores urbaines


Esquisser l’ambiance sonore : tours et cours dans l’espace urbain dense

École d’hiver du CRESSON 5è Edition – CRESSON’s Winter School 5th Edition

Du 30 janvier au 3 février 2017, CRESSON, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, France

CRESSON Winter School 2015

 

Publié dans arts sonores, séminaire | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Festival – La semaine du Bizarre / Montreuil


La Semaine du Bizarre – Montreuil du 1er au 10 décembre 2016 – 5e édition

Théâtre Municipal Berthelot – 6 Rue Marcellin Berthelot – 93 100 Montreuil – Métro Croix de Chavaux    resa.berthelot@montreuil.fr

tumblr_odk9oexndb1vfdg8bo1_1280

En partenariat avec Le cinéma le Méliès, Les Instants Chavirés, Les Bibliothèques de la Ville, Le Nouveau Théâtre de Montreuil, Les pépinières Européennes, Sonic protest, Luna Park Films, La collection Morel.
Avec le soutien de Souffle continu, Le Musée départemental de Rouchechouart, Les amis du théâtre Berthelot.

1 / Jeudi 1er décembre à 18h30 – Entrée libre sur reservation
Conférence-action : DADA et Raoul Hausmann avec Michel Giroud
Du Cabaret Voltaire (1916) inauguré par Hugo Ball à l’esprit Dada International (Raoul Hausmann, Kurt Schwitters, Tzara, Picabia…) et leurs conséquences (Fluxus et cie) dans les poésies expérimentales contemporaines (concrètes, visuelles, sonores), Dada invente un art attitude intermédia et transmedia, libéré de toutes classifications. Par Michel Giroud ; peintre oral et tailleur en tout genre (sonorités, gestes, écritures, schémas, vidéos,..) artiste-poète transmedia, éditeur et historien des Avant-Gardes.

Projection du  film : “L’homme qui a peur des bombes” 1957-1966
film 8 mm couleur transféré sur DVD  5:21 min (Collection Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart) Réalisé à Limoges par Pierre Bernotte, Jacques Villegoureix et Raoul Hausmann. Suivant le souhait de Raoul Hausmann il a été sonorisé avec un poème phonétique “cauchemar” récité par Hausmann en 1966. Raoul Hausmann,  est cofondateur du groupe Dada-Berlin en 1918, C’est aussi l’ inventeur entre autre du photomontage et précurseur de la poésie sonore et qui pourtant termina ces jours dans un relatif isolement à Limoges…

 Bibliothèque Robert Desnos  – 14 Boulevard Rouget de Lisle, M°  mairie de Montreuil

2 / Samedi 3 décembre à 20h30
In Dreams – Groupe Laps – Théâtre et films – Durée 1h15
« In Dreams est un projet de spectacle entre théâtre, danse, performance audio-visuelle librement inspiré du film de David Lynch Blue Velvet.  In Dreams se propose de travailler le rapport au spectateur en emprisonnant les protagonistes du film dans un dispositif de vidéo-surveillance : un dispositif panoptique où chacun peut voir sans être vu, créant ainsi les conditions d’une expérience collective dans laquelle chacun peut basculer à tout instant. »
Mise en scène : Pierre Froment I Avec : Lydia Boukhirane, Côme Delain, Alexandre Théry

En préambule, une sélection de trois court métrages proposés par les Pépinières Européennes.

////////////////////////////

3 / Mardi 6 décembre à 20h30 – Au Cinéma Le Méliès Place de la Mairie, Montreuil – M° Mairie de Montreuil – Soirée proposée par Luna Park films 
Cinéconcert : a page of madness de T. Kinugasa (Japon,1926)  / GOL

Egaré pendant 45 ans, (les copies avaient été enterrées durant la Seconde Guerre mondiale) ce film muet de Teinosuke Kinugasa, lié au groupe d’artistes d’avant-garde japonais, Shinkankaku-ha ou « école des nouvelles perceptions » s’émancipe radicalement de tout naturalisme s’inspirant du cinéma expressionniste allemand.  GOL se crée en 1988 à Paris autour de Jean-Marcel Busson, Frédéric Rebotier, Ravi Shardja et Samon Takahashi, l’ensemble musical incarne un état d’esprit post-dada.  La musique de GOL, inclassable, s’apparente à un slalom enjoué et libéré entre références multiples. GOL trace une envolée dans une recherche musicale à la fois exigeante et ludique, réservant quelques décalages ou d’étranges dérives..  Musique : Jean-Marcel Busson, Ravi Shardja, Samon Takahashi

////////////////////////////

4 / Mercredi 7 décembre à 21h – Entrée libre sur réservation
Tomoko Sauvage / Francesco Cavaliere  / Jean-François Pauvros 

Avec le Nouveau Théâtre de Montreuil  (CDN) dans le cadre de « Mesure pour mesure » 

Cette soirée autour de l’objet sonore commence par une pièce historique de la musique expérimentale : Green Music, écrit par Henning Christiansen, membre du groupe Fluxus. Le plasticien et musicien Francesco Cavaliere et la musicienne franco-japonaise Tomoko Sauvage reprennent cette partition insolite qui consiste à faire « sonner » des objets de couleur verte, ustensiles, cassettes audio et même plantes d’appartement. Puis, Tomoko Sauvage, spécialiste des sons aquatiques, dialoguera lors d’un duo inédit avec le guitariste Jean-François Pauvros, pointure des musiques improvisées. 

Tomoko  Sauvage est né à Yokohama, au japon et  travaille à Paris depuis plusieurs années avec des waterbowls, des bols en porcelaine remplis d’eau, de tailles variées, dans lesquels sont plongés des hydrophones (des micros sous-marins, H2a-XLR de Aquarian audio). Les gouttes, les vagues et les bulles avec lesquelles elle joue résonnent dans les bols et provoquent des feed-back (larsen) formant des drones ondulants et des harmoniques naturels au gré de la résonance du lieu. Cette trame électroaquatique tient un équilibre délicat entre contrôle et aléa, ordre et désordre, éphémère et répétition… Elle s’est produite en Europe, aux Etats-Unis, au Canada et au Japon et son travail est édité chez and/OAR (US), aposiopèse (BE), dokidoki editions (FR)…  https://o-o-o-o.org

 Jean-François Pauvros est un guitariste atypique qui « promène depuis 30 ans sa silhouette dégingandée de funambule nomade sur les sentiers escarpés des musiques de traverse… » Improvisateur de la noise au psychédélis il est au coeur de la formation mythique Catalogue et son nom s’est associé au fil de sa carrière, à ceux d’Arto Lindsay, Elliot Sharp, Keiji Haino, Jean-Marc Montera… Il a également collaboré avec la chorégraphe Anne Dreyfus et joue en duo avec le poète Charles Pennequin. http://jf.pauvros.free.fr

Francesco Cavaliere, est artiste sonore Italien basé à Berlin.  https://fcavaliere.com https://soundcloud.com/user-666100199

////////////////////////////

5 / Jeudi 8 décembre à 20h30
Cécile Saint-Paul : Upcoming Tragedy / Théâtre / cinéma.

“Upcoming tragedy” est une projection mise en scène. Le film, en 16 mm noir et blanc, est adapté de Hamlet. Certains des acteurs seront présents sur scène et feront entendre des bribes de la pièce de Shakespeare, il y aura des événements ordinaires et des événements extraordinaires.

Cécile Saint-Paul est cinéaste, comédienne (elle a notamment beaucoup travaillé avec la compagnie Les Endimanchés).  Réalisation : Cécile Saint-Paul,  Directrice de la photographie : Anne-Sophie Brabant,  Collaboratrice artistique : Anne Attali, Complicité sonore : Antoine Lengo, Avec (sur scène ou/et à l’écran) : Anne Attali, Marc Bertin, Patrick Blauwart, Odile Darbelley, Jean-Paul Fèvre, Théo Hakola, Marthe Jacobs, Vincent Joly, Cécile Saint-Paul.

 + à 19h SLIP: Une performance réalisée dans le cadre de Réplique(s) / Association A bras le corps . Les performances de SLIP avec  Jérôme Chatelain, Rodolphe Olcèse reposent pour la plupart sur un principe d’improvisation de boucles électroniques réalisées à partir d’enregistrements de sources réalistes ou naturelles (ici un entrainement de Judo) Le texte est interprété par deux comédiens (Louis Sé et Olivia Csiky Trnka)  

Avec le soutien du département de Seine-Saint-Denis.

////////////////////////////

6 / Vendredi 9 décembre à 20h30 – Entrée libre sur réservation

Pierre Bastien, Collection Morel, Jean Jacques Palix  / Suppléments aux machines célibataires

Suite à l’exposition sur les Machines Célibataires qui a eu lieu à Nantes au Lieu unique début 2016 avec notamment des pièces de Michel Carrouges, et de Marcel Duchamp, Collection Morel revient et complète la proposition pour la semaine du Bizarre, avec une conférence de Jean-Jacques Palix sur quelques machines célibataires dont certaines sonores, la lecture d’un texte inédit de Marie-Pierre Bonniol, « Nous sommes des machines célibataires », qui propose un manifeste autour de la notion, et la présentation de « Quiet motors », nouveau dispositif et concert de Pierre Bastien, dont ce sera la première présentation francilienne. Au programme : mécanismes singuliers, machineries sensibles et moteurs secrets, dans une proposition qui relie arts sonores et visuels à la littérature, et souhaite formuler de nouvelles définitions pour l’imaginaire. 
Pierre Bastien construisit à dix ans une guitare à deux cordes. Vers quinze ans il élabore une première machinerie consistant dans un métronome flanqué à droite d’une cymbale, à gauche d’une poêle à paella. Plus tard il aura l’occasion de jouer du torchon de vaisselle sur un disque Jac Berrocal. Grâce peut-être à la survivance simultanée d’un certain esprit Dada chez ses contemporains, Pierre Bastien est alors amené à travailler avec entre autres, Pascal Comelade, Pierrick Sorin, DJ Low ou  Robert Wyatt . En même temps il met au point un orchestre domestique Mécanium, constitué de dizaines de robots en Meccano, joueurs d’instruments de musique traditionnels et parfois d’objets usuels. C’est avec ces machines qu’il enregistre ses albums et donne ses concerts.
http://www.pierrebastien.comhttp://julietippex.com/roster/pierrebastien Jean Jacques PalixCompositeur et arrangeur de musiques de films et de chorégraphies, scénographe sonore pour des installations, collecteur et archiviste de musiques rares, chasseur de sons, Jean Jacques Palix est toujours attentif aux expérimentations. À la suite de ses années de productions et de réalisations de programmes radiophoniques à Radio France puis à Radio Nova dont il fut un des fondateurs en 81, il crée en 1985 sa structure indépendante Tapage Atypique, puis, en 1991, le label de disques Song Active, pour répondre à son désir d’un studio ouvert aux rencontres artistiques, musicales et sonores, libre de classifications de genre.http://beyond-the-coda.blogspot.fr Marie-Pierre Bonniol est conservateur et commissaire de Collection Morel.Née en 1978, diplômée en arts plastiques et en Esthétique, elle a exercé depuis 1995 les fonctions de journaliste, critique, éditrice, commissaire, conseillère artistique, agent, programmatrice, chef de projet et directrice d’établissement. A l’initiative de nombreux projets (revues, festivals, structures), elle est aussi l’auteur de textes, d’essais et de livres-objets.Collection Morel est le dispositif artistique, littéraire et philosophique dans lequel elle tâche, depuis 2011, de relier ses intérêts et thèmes de recherche qu’il s’agisse de l’imaginaire, de l’affect, de la fiction, des dispositifs et de l’habiter. La première présentation publique du projet a eu lieu à Bruxelles  en 2014 et portait sur les rapports entre “l’espace, l’imaginaire et la façon dont, dans certains lieux, une superposition s’opère entre eux”. Sa dernière proposition, une exposition sur les machines célibataires, a eu au lieu à Nantes  au Lieu unique, en 2016. http://collection-morel.com

////////////////////////////

6 / Samedi 10 décembre à 20h30 – Entrée libre sur réservation
Anton Mobin / The Magnetix / Andy Bolus / LAP

En partenariat avec Les Instants Chavirés et Sonic Protest. Anton Mobin

Musicien improvisateur, né en 1979, Anton Mobin construit ses propres instruments
qu’il nomme « chambres préparées » et dans lesquelles sont agencés microphones et objets. Au fil du temps et des rencontres l’objet fabriqué devient l’instrument avec lequel Anton Mobin développe une technique et un jeu personnel, une approche intuitive et énergique. Musique de percussion improvisée, musique concrète, improvisation libre, bruit minimaliste, mouvement, pic d’intensité et fragments de sons autonomes libérés de leur contexte sont autant d’éléments qui caractérisent ses performances
.http://antonmobin.blogspot.fr

Magnetix  / Films 16 mm « Centrales électriques »
Depuis 15 ans ce duo défie les lois de l’apesanteur musicale et internationale : Guitares dissonantes, batterie primitive, pulsions psychédéliques, réminiscences krautrock se telescopent dans un fracas jubilatoire. Cette fois ci pour un set sur mesure, avec des films d’archives « les centrales électriques en France dans les années soixante ».
http://www.magnetix.fr/MAGNETIX.html

Andy Bolus / les élèves du Lycée Autogéré de Paris
soutenu par l’association Sonic Protest, l’artiste sonore et plasticien Andy Bolus (aka Evil Moisture) collabore avec les élèves du Lycée Autogéré de Paris depuis 2014 sur le projet Maison Hantée, autour des pratiques D.I.Y. (circuit bending, fanzine, cinéma expérimental, édition K7)

tumblr_inline_ofvsvpuwmh1uv8xs8_1280

Blog festival :

Publié dans acousmatique, arts sonores, festival | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Quand un accordéon se tait ! Disparition de Pauline Oliveros


For one deep Listening

paulineoliveroslargeimage-1240x710

Pauline Oliveros, décédée le 25 novembre à l’age de 84 ans, fut incontestablement une très grande dame de la musique contemporaine, expérimentale, minimaliste et de ce que l’on nomme aujourd’hui les arts sonores.

Son accordéon ne soufflera plus à nos oreilles ses longues mélopées, ses drones envoûtants, ses accords resserrés, cette générosité d’un son qui vous embarque dans une écoute profonde, un rituel où l’auditeur est placé dans un état de contemplation proche du sacré. La musique minimaliste américaine a en effet requestionné en profondeur notre état d’écoutant, par l’objet sonore et musical même qu’elle déroule, et le traitement dans des scansions rythmiques évoluant très lentement, tout comme le développement d’incroyables continuums lancinants . Pauline Oliveros participa très activement, parfois en collaboration avec Terry Riley, notamment pour la création du célèbre In C, à ce mouvement minimaliste qui marqua et marque encore, toute une génération de compositeurs et d’auditeurs depuis les années 70

Steve Reich, John Adams, Terry Riley, La Monte Youg, Chalemagne Palestine, Phil Niblock, pour ne citer qu’eux, tous enfants terribles du son, trublions de la chose musicale, croisèrent un jour où l’autre une accordéoniste aux sonorités singulières, croisant synthéthiseurs, voix et généreux soufflets de son accordéon.

Pauline Oliveros à crée la DLI – Deep Listening Institut en 1985, au sein de l’Université neworkaise de Rensselaer, après avoir dirigé durant quelques années le Centre de recherche de musique expérimentale de l’Université de San Diego. Dans ces lieux, notre pionnière mettra en œuvre et transmettra l’essentiel de son art, et surtout de sa posture d’écoutante, de sa pensée, par le souffle, la méditation, l’improvisation, le partage… Et lorsque l’on écoute  la respiration si terriblement humaine de son accordéon, on retrouve dans ses longues phrases toute cette énergie intérieure que la Deep Listening porte vers nous comme un puissant souffle vivifiant.

À peine quelques jours plus tard après Jean-Claude Risset, dont je vous parlerai bientôt, disparait une musicienne chercheuse, infatigable défricheuse, qui n’a pas fini de nous bercer et de nous réunir parfois dans ce qu’elle invoquait comme le souffle et la musique du Monde.

Où Pauline Oliveros nous fait entendre le bourdonnement des serpents à sonnettes des montagnes, réminiscences de danses…

 Album: Accordion & Voice (1982). Pauline Oliveros

 

Respirez, écoutez !

 

http://paulineoliveros.us/

Publié dans arts sonores, musique expérimentale | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire