ETIENNE BULTINGAIRE – IN MEMORIAM


DISPARITION D’ÉTIENNE BULTINGAIRE

img_3506

J’ai rencontré Etienne il y a quelques années, lors du festival Kontacts SonoreS à Chalon sur Saône. Il travaillait à la mise en son d’un concert de Pierre Henry, qu’il accompagnait, après un passage à l’IRCAM, de sa fabuleuse oreille et de son génie de « bricoler « des systèmes de diffusion multicannale depuis la fin des années 80. Pierre Henry doit aujourd’hui être bien triste d’avoir perdu ce fabuleux collaborateur.
La deuxième rencontre avec Etienne se passe dans une forêt bisontine, lors de la 1ère édition de Back To The Trees, événement organisé par Lionel Viard. Etienne coiffe cette fois-ci sa casquette d’artiste sonore. Il a investi une vaste clairière avec un incroyable et assez monumental dispositif de jeu, où un arbre harpe, étendu des cordes, et joué depuis une table de mixage. tout autour, de longs tuyaux en PVC viennent doucher le périmètre d’écoute par des sons hyper directifs, pointillisme magique à l’écoute. L’artiste devait donner ce jour là quelques sets en live, et le reste du temps, une diffusion programmée prendrait le relais. Devant l’affluence des spectateurs charmés, il jouera en fait sans discontinuer de 6 heures à 2 heures du matin. Le personnage était entier, travailleur infatigable, et d’un engagement sans faille dans les entreprises qu’il menait.
Un an plus tard, le festival City Sonic nous réunit à Mons. Je passerai une dizaine de jours en sa compagnie, logeant dans la même auberge, et me lierai d’amitié avec ce personnage si attachant.
Nous partageons, entre autre, le goût pour le bon thé, et avons chacun amené nos propres thés que nous échangeons au petit déjeuner. Etienne pousse le luxe jusqu’à voyager avec ses propres théières ! C’est d’ailleurs un fin gourmet, qui apprécie notamment tout particulièrement les chocolats belges, la cuisine en règle et dans une autre région, les Calissons d’Aix particulièrement.
Cette année là, il crée in situ, dans la collégiale Sainte-Waudru de Mons, une installation qui marqué le festival par sa beauté, et l’incroyable maîtrise du dispositif de diffusion et de spatialisation sonore.
Au fond de l’édifice, une large panneau de bois est suspendu. Il tourne lentement sur lui-même, animé par un ventilateur au sol. Un haut-parleur hyper directif projette des nappes sonores sur cette plaque tournante, ce qui a pour effet de balayer l’espace de sons toujours en mouvement, venant se réfléchir à 360 degrés sur les murs de l’édifice. De chaque côté de l’allée centrale, sont suspendues aux voûtes des travées latérales de long tuyaux qui, comme dans le dispositif de la forêt de Besançon, amènent de petits spots d’écoute localisés. L’ensemble sonne magnifiquement, mettant en mouvement des sonorités en parfaite osmose avec la quiétude du lieu, où voix, et cloches se répondent. Pour la petite histoire, alors que je venais tout juste de terminer une interview de l’artiste et une prise de sons de l’installation, un prêtre, l’air furieux vient vers nous à grands pas. Il nous apostrophe violemment, nous disant que ce n’est pas possible, une sorte de sacrilège, intolérable ce « bruit ». Etienne, sans se départir de son calme, tente d’expliquer que l’installation, avec l’accord du clergé local, respecte le lieu, n’est pas fonctionnelle en cas de cérémonie religieuse… Ce qui ne calme pas pour autant l’ire du prêtre. Malgré tout, cette belle œuvre restera fort heureusement installée le temps du festival, pour le plaisir des oreilles et des yeux des visiteurs charmés.
Dernier épisodes hélas, nous devions être à nouveau réunis, avec Ben Farrey, Pierre Laurent Cassière, Corsin Vogel, Aurélien Bertini et moi-même, sous la houlette de Lionel Viard, dans un projet collectif d’installation sonore dans les jardins de la Saline Royale d’Arc et Senans, prévue pour l’été 2016. Je me faisait une joie de retrouver Étienne, et surtout cette fois-ci pour collaborer à une belle aventure sonore commune. Absent car hospitalisé à la première réunion, il suivait néanmoins le projet à distance. Hélas, la maladie aura eu raison de sa détermination à créer et à partager toujours de beaux espaces d’écoute. Le projet se voit aujourd’hui orphelin d’un de ses artiste des plus généreux et créatif.
Ma cohabitation avec Etienne à Mons m’avait donné l’occasion d’échanger longuement ur le son, mais aussi la cuisine, la vie… Pince sans rire, maniant habilement le jeu de mots, une autre face de notre entente, Etienne était un personnage attachant, cultivé,généreux, exigeant dans son travail. Il avait entamé ces dernière années, un travail de construction d’objets et cultures sonores avec le collectif Lutherie urbaine, à Bagnolet, qui perd également l’un de ses membres actifs.
Un maître mot revient souvent chez Etienne la dégustation. Dégustation de mets, dégustation de sons, dégustation de la vie…
Après les disparitions d’Elie Tête et d’Alain de Fillipis, je perd, avec le décès d’Etienne, un être parmi ceux qui m’auront beaucoup appris, tant humainement que professionnellement. Le monde de la création sonore est en deuil. Je suis triste. J’ai écouté hier en boucle ces sons que j’avais enregistré lors du montage à Mons de l’installation d’Etienne. Cette séquence sonore, enregistrement brut, est pour moi poignante, comme une sorte de requiem in memoriam. Etienne, tu resteras dans mon cœur, dans mon esprit et dans mon oreille comme une des belles et riches rencontres que j’aurais faites ces dernières années.
RIP

cath12

Interview

 

cath121

 

Installation Sainte-Waudru

Advertisements

A propos Desartsonnants

Promeneur écoutant, paysagiste sonore, spécialiste des arts sonores, concepteur sonore, curator, conférencier
Cet article, publié dans arts sonores, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s