SOUTENEZ DESARTSONNANTS


logdas

SOUTIEN DESARTSONNANTS

 Vous appréciez le blog Desartsonnants, son contenu ?

 Soutenez le, aidez le pour poursuivre plus sereinement son travail, il vous en sera très reconnaissant !

Le projet Desartsonnants

Le site, infos, réflexions, actualités, zoomsdesartsonnants Sonos//faire

Les revues d’informations, ressources, curration, partage

Création sonore et environnement

Déambulations pédestres, artistes, chercheurs, bâtisseurs en marche

Desartsonnants en actions, vers un art du paysage sonore

Espace public, projets artistiques et culturels, lieux de fabrique

Listening Art, objets, postures, dispositifs, l’écoute tous azimuts

Textes, réflexions, projetsBibliothèque Scribd Desartsonnnants

Archives – Plus de 1000 articles en ligne sur l’ancien blog Desartsonnants

Paysages sonores, chemins d’écoute, création sonoreDesartsonnants en écoute

 

DONS PICT

Image | Publié le par | 2 commentaires

City Sonic Winter Sessions 2019/2020, part 3 &4


FireShot Capture 069 - Pages de City Sonic 2020 avec Programme actualise Bruxelles et Wavre._ - drive.google.com

 

Voici venir les 3e et 4e parie du foisonnants festival international d’arts sonores, City sonic Winter Sessions.

Lire et télécharger le programme : https://drive.google.com/file/d/1VupCveyKmrPSXQx8XVNWW5OXjhIhN2k2/view

Publié dans arts sonores, festival | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Appel à projet – AUDIOBLAST FESTIVAL #8


81410016_2668303456540641_5460819031579688960_o

(English Below)

Festival de création sonore utilisant le réseau comme lieu de diffusion, il se compose de nombreuses pratiques audio en réseau, de musique expérimental, drone, noise, field recordings, poésie sonore, électroniques et musiques contemporaines.
Le festival sera diffusé en direct en ligne et sur un système de spatialisation radiophonique installé à la plateforme Intermédia le samedi 22 et le dimanche 23 février 2020.

Le thème de cette année est :

Global E-missions / E-missions Globales

Nous sommes arrivés à un temps presque sans retour, tous les facteurs sont aux rouges et la situation devient alarmante. Un nouveau concept est apparut : le overshoot day (jour du dépassement), date de l’année, calculée par l’ONG américaine Global Footprint Network, à partir de laquelle l’humanité est supposée avoir consommé l’ensemble des ressources que la planète est capable de régénérer en un an. Passée cette date, l’humanité puiserait donc de manière irréversible dans des réserves « non renouvelables ». Peu importe la façon de calculer et la réalité exacte de cette thèse, nous nous posons, en tant qu’artistes, musiciens, compositeurs, poètes … des questions quant à la façon dont nous agissons sur le monde, quel peut-être notre impact carbone mais aussi comment construire des solutions viables pour tous. Si nous avons trouvés, l’individu conscient ou certains politiques, activités…, des solutions plus ou moins pérennes pour nous-même en tant qu’être singulier et pour une petite partie de la population, elles sont loin de pouvoir résoudre le problème de façon global, à la fois tant que l’industrie et le système néo-libéral continueront leur marche forcé de la surconsommation et de la production à outrance mais aussi tant que nous continuerons à fermer les yeux devant les problèmes de notre expansion auto-centré sur terre.
Dans le cadre d’Audioblast, cette notion d’émission nous intéresse plus particulièrement, développant le concept comme E-mission globalisé : bien sûr les émissions de dioxide de carbone mais aussi les transmissions ou les Emissions Électroniques (E-missions) en lien avec ces possibilités de transmettre du son de façon globalisé, le son et l’air fonctionnant de pair, sans air pas de son (en effet le son fait vibrer l’air qui se transmet à notre oreille). Alors qu’est ce que cela nous inspire? Comment nous sentons-nous investis par ces questions? Comment traitons nous la problématique des émissions globales, du overshoot day, de la surconsommation, de la résistance, des propositions alternatives ou encore des tentatives de faire réagir politique ou de déstabiliser la toute puissante et destructive sphère néo-libérale?

Participer à un concert en ligne de chez vous, de votre studio ou de votre café préféré!

1- CONCERT EN LIGNE (dématérialisé) – Samedi 22 et dimanche 23 février 2020

Les conditions :

-proposer un projet d’une durée minimum d’une heure
-proposer un projet qui rentre dans le théme
-chaque artiste recevra 25€ pour sa performance d’une heure (minimum) en ligne
-bien remplir le formulaire avant le 08 janvier 2020 à 0h00

2-CONCERT E-MISSION (incarné) – vendredi 21 février 2020 aux Ateliers de Bitche

Les conditions :

-proposer un projet d’environ 45min
-proposer un projet qui rentre dans le thème
-chaque artiste/groupe recevra 200€ pour sa performance aux ateliers de Bitche (logement personnes vivant hors du territoire et nourriture pour les performeurs).
-bien remplir le formulaire avant le 08 janvier 2020 à 0h00
-3 projets seront sélectionnés pour être présentés le 21 février

3-DIFFUSION SONORE MULTI-RADIOPHONIQUE (exposition Art Radio) – du 4 au 29 février 2020

Les conditions :

-proposer un projet sonore (pièce sonore fixe multi-piste, algorithme génératif, composition évolutive, automate ou pseudo-IA) de minimum 20 minutes pour 3 émetteurs radio FM stéréo (6 pistes)
-proposer un projet qui rentre dans le thème
-chaque artiste/collectif recevra 100€ pour la réalisation de son projet sonore qui sera joué pendant l’exposition Audioblast
-bien remplir le formulaire avant / Extension pour le 15 janvier 2020 à 18h
-5 projets seront sélectionnés pour être présentés le 21 février

Retrouvez le formulaire içi ! http://apo33.org/index.php/fr/2020/01/08/audioblast-festival-8-appel-a-propositions/?fbclid=IwAR102bqZ0lyKlHT9KzQnqIcU13DvgAkRvDT4c-RE3CeWi0Yotp6l-PDHeek

—————————————————————————————-
ENGLISH
—————————————————————————————-
AUDIOBLAST FESTIVAL #8

21st to 23rd February 2020

Festival of sound creation using the network as a live venue, Audioblast broadcasts numerous networked audio practices including; experimental music, drone, noise, field recordings, sound poetry, electronic and comtemporary music.
The festival will be broadcast live online and through radio spatialisation system installed at the Intermedia platform on Saturday 22nd and Sunday 23 February 2020.

The theme this year is :

Global E-missions / E-missions Globales

We have almost arrived at the point of no return, we are in the red and the situation is becoming alarming. After this date, humanity would draw irreversibly from “non-renewable” reserves. No matter how this is calculated and the exact reality of this thesis, we as arstists, muscians, composers, poets question how we act upon our world, what our carbon impact might be, as well as imagining how we could build viables solutions for all.
If we have found, the conscious individual or certain policies, activities as more or less sustainable solutions for ourselves, as singular and being a small part of the population, they are far from solving the problem overall. As long as industry and neo-liberal systems continue their unimpeded march of overconsumption and excessive production, and continue to turn a blind eye to the problems of our self-centered expansion on Earth, disaster may not be averted.
Earth Overshoot Day (EOD), previously known as Ecological Debt Day (EDD), is the calculated illustrative calendar date on which humanity’s resource consumption for the year exceeds Earth’s capacity to regenerate those resources that year. Earth Overshoot Day is calculated by dividing the world biocapacity (the amount of natural resources generated by Earth that year), by the world ecological footprint (humanity’s consumption of Earth’s natural resources for that year), and multiplying by 365, the number of days in one Gregorian common calendar year:

When viewed through an economic perspective, EOD represents the day in which humanity enters an ecological deficit spending. In ecology the term Earth Overshoot Day illustrates the level by which human population overshoots its environment. In 2019, Earth Overshoot Day was on July 29.[2]

In the context of Audioblast, this concept of emission particulary interests us; developing the concept as a globalised E-mission : of course carbon dioxide emissions but also transmissions or Electronic Emissions (E-missions) in connection with these possibilities of transmitting sound of globalised way, sound and the air working together, without air, there is no sound (indeed the sound makes the air that is transmitted to our ear vibrate). So how does this inspire us? Do we feel invested in these issues? How can we address the problem of global emissions, overshoot day, over consumption, resistance, alternative proposals or attempts to provoke political reaction or destabilise the all-powerful and destructive ideological neo-liberal sphere?

Join us for online concerts from home, in your studio or at your favorite coffee shop or anywhere else you can find an internet connection!

1 – CALL FOR LIVE ONLINE CONCERTS (electronic) – Saturday 22 and the Sunday 23 February 2020

The conditions are as follows:

– Propose a live or networked performance with a minimum duration of 1 hour

– FEE: each (artists/group/collective) will receive 25€ for online performance

– deadline: 08 January 2020 at 00:00

2-CALL FOR LIVE CONCERTS / AUDIO PERFORMANCES – Friday, February 21, 2020 at the Ateliers de Bitche

The conditions are as follows:

– Propose a live set / audio performance of approximately 45min

– FEE: each project (artists/group/collective) will receive 200€
(housing for people living outside Nantes is provided and dinner for all performers).

– deadline: 08 January 2020 at 00:00

– 3 projects will be selected

3-CALL FOR MULTI-POINT AUDIO BROADCAST (Radio Art Exhibition) – February 4-29, 2020

The conditions are as follows:

– Propose a sound project of at least 20 minutes for 3 stereo FM radio transmitters: 6 tracks.
(fixed multi-track sound, generative algorithm, scalable composition, automaton or pseudo-IA)

– propose a project that fits the theme

– FEE: each project (artists/group/collective) will receive 100€ on completion

– deadline: Wednesday the 15 at 6pm (extension!!!)

– 5 projects will be selected

Applications for Audioblast festival here: ! http://apo33.org/index.php/fr/2020/01/08/audioblast-festival-8-appel-a-propositions/?fbclid=IwAR102bqZ0lyKlHT9KzQnqIcU13DvgAkRvDT4c-RE3CeWi0Yotp6l-PDHeek

Publié dans Appel à projets, arts sonore | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Création radiophonique, la Ville rêvée


programme 2 La Ville rêvée - ELM_BnF_Page_1programme 2 La Ville rêvée - ELM_BnF_Page_2

Publié dans arts sonores, radiophonie | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

2020 à l’écoute !


2020

Image | Publié le par | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Festival Création radiophonique « Longueur d’Ondes »#17


cropped-modele-format-horizontal-rvb-2020-1

Longueur d’ondes, Festival de la radio et de l’écoute revient pour sa dix-septième édition, du 4 au 9 février 2020 !

Le Quartz – Scène nationale de Brest, Les Ateliers des Capucins Brest, Océanopolis, le Cabaret Vauban, le Mac Orlan, ils nous accueillent tous pour une semaine autour de la radio, dans toutes ses formes : émissions, rencontres, ateliers, tables rondes, soirées sonores, etc.

Publié dans arts sonore, festival, radiophonie | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Publication – Le geste radiophonique – Audiographie d’un atelier


geste-radiophonique_1
A l’occasion de ses vingt ans d’existence, l’ACSR (Atelier de création sonore et
radiophonique) publie un recueil collectif d’articles autour de la création radiophonique et des activités menées depuis 1996 par l’atelier, dont un historique est proposé au sein de l’ouvrage.
Clémentine Delahaut, Carmelo Iannuzzo et Irvic D’Olivier de l’ACSR ont proposé à des programmateurs.trices, réalisateurs.trices, artistes sonores, poètes, preneurs de sons, techniciens.nes, membres, producteurs, proches de l’association, de contribuer à cet ouvrage en écrivant un article autour du processus de création : du choix et de l’approche du personnage, de l’écriture, de la formation, du dispositif de prise de son, du dérushage, au montage et live radio…
Il rassemble les textes de : Thomas Baumgartner, Marie-Aude Matignon, Edwin Brys, Marcel Xaufflaire, Guillaume Abgrall et André Eric Letourneau, Yves Robic en conversation avec Aurélia Balboni, Nicolas François, Claire Hauter, Yvan Hanon et Roxane Brunet, Etienne Noiseau, Dimitri Coppe, Sebastian Dicenaire, Christophe Rault, Charo Calvo, Fabienne Laumonier, Floriane Pochon, Christophe Deleu, Pascale Tison, pali meursault, Ecaterina Vidick.
Des listes dressent succintement l’historique de l’association : les pièces radios accompagnées par l’atelier, commandées pour silenceradio.org (silenceradio.org), les partenaires radio, les activités programmées comme les séances d’écoutes et les stages, les employés et membres du CA.
Des images parsèment le livre, elles ont été pensées non pas comme illustrations, mais comme document, comme image-objet ; d’où la métaphore filée de la main qu’on y retrouve scannée, qui rappelle le geste du créateur sonore, les bricolages d’un atelier-laboratoire et qui se retrouve dans le titre même de l’ouvrage.
Il n’y a pas de début, ni de fin, ni d’édito, car nous ne voulions pas figer l’atelier dans ce qu’il est, mais laisser le lecteur se faire une idée de ce que l’atelier pourrait être ; il est toujours en devenir à l’image de celles et ceux qui l’habitent, y travaillent, y créent dans un esprit novateur et expérimental.
geste-radiophonique_5

Site Les presses du réel

Publié dans acousmatique, arts sonores, radiophonie | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Atlas, a Sound Cartography of Europe C. E. Cella, D. Kamarotos, V. Tricoli, M. Gioti


atlas-1440x760

13 décembre 2019, à 20h00 (1h00)

Grande salle – Centre Pompidou, Paris

Atlas, imaginé par le compositeur, mathématicien et chercheur Carmine Emanuele Cella est une œuvre collective par tous ses aspects. Le matériau sonore a été collecté par le public, très en amont de la performance, sur trois sites à Paris, Karlsruhe et Athènes : création d’une cartographie sonore subjective. Deux autres compositeurs, Dimitris Kamarotos et Valerio Tricoli et une vidéaste Marine Gioti, se sont joints à Carmine Emanuele Cella pour exploiter ces sources géo-localisées et les mixer à leur propre électronique. Le processus aboutit à une performance en temps réel, distribuée simultanément sur ces trois villes, où les artistes interagissent entre eux, dialoguent ou interrompent les flux venus d’ailleurs. « Ici et maintenant », l’espace de jeu et d’écoute d’Atlas n’appartient qu’au lieu spécifique de chaque performance.

Musiques : Carmine Emanuele Cella, Dimitris Kamarotos, Valerio Tricoli
Création vidéo : Marina Gioti
Réalisation informatique musicale Ircam : Benjamin Levy

Coproduction : Ircam/Les Spectacles vivantsCentre Pompidou, ZKM, Onassis STEGI.

Avec le soutien du réseau Interfaces, subventionné par le programme Europe créative de l’Union européenne, et de la Sacem.

La scène sera connectée avec :
ZKM Cube (Karlsruhe) à partir de 20h
Onassis STEGI (Athènes) à partir de 21h

Le public est susceptible d’être filmé durant la représentation. Les images seront retransmises en direct dans les autres salles et seront enregistrées.

 

Publié dans arts sonore, concert | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Festival de création radiophonique « Ear You Are » à Bruxelles


bandeaux-facebook5-588x221

`Du 4 au 8 décembre 2019 à Bruxelles

Auditrices, auditeurs, soyez tout ouïe : L’atelier de création sonore radiophonique fait son festival et vous invite pour cinq jours de rencontres autour du son.

« Boum ! », fait le tympan
En broadcast, en podcast, sur scène, … elle foisonne, elle résonne, la création sonore va crescendo. Cette édition met le volume sur l’éclectisme des genres et des formes.

Multiples facettes, multiples façons
Écoutes collectives, sélection jeunesse, radio live, performances, installations et ateliers déjoueront les règles du jeu. Ici tout se tente, tout se commente, tout se réinvente.

Alchimique, Curieux, Sismique, Radieux
Chaque moment sera l’occasion de plonger dans la diversité des approches de ce huitième art en plein essor.

EAR YOU ARE, un rendez-vous absolu pour vos oreilles !

1323 minutes de sons / 8 créations inédites / 53 intervenant.e.s / 21 enceintes / 3 ateliers

Avec: : Léa Roger, Flavio Bagnasco, Rudy Romanowski (Au plafond de la libellule), Chantal Dumas, Guillaume Abgrall, Chiara Todaro, Zoé Suliko, LeCollectifWow, Félix Blume, Claudia Rojo, Claire Williams, le collectif l’écoute buissonière, Vincent Matyn, Jeanne Louve, Aurélie Louve, Alice Lemaire & Csilla Deák, Wederik de Backer, Sebastian Dicenaire, Fractales Frangynes Radio, Juliette Volcler, Emmanuel Moreira, Brune Campos, Léo Campbell Algar, Anna Friz, Carole Rieussec, Erin Sexton, June Laka et Victor Focquet (Plagktos Collectif), Clément Nourry, Célia Jankowski, Isabelle Sainte-Rose, Maxime Lacôme, Nico Gitto, La Sirocco, Jan Vorst, Chloé Despax, la compagnie Les Belles Oreilles, Èlg, Edwin Brys, Émilie Praneuf, Amélie Lemonnier, Juliette Van Peteghem, Alexandre Jacob, Michel Bystranowski, Sébastien Schmitz, Florent Barat, Julia E Dyck.

5 lieux à Bruxelles: le cinéma Nova, la Maison européenne des Auteurs et des Autrices, le Théâtre La montagne magique, le Théâtre Poème 2 et l’Hectolitre.

Programme complet: festival2019.acsr.be

Publié dans arts sonores, radiophonie | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

City Sonic 2019, Le banquet zéro déchet + performances Bio-hardcore


800px-antoine_boute_-_louvain-la-neuve_2012

On entre dans le monde d’Antoine Boute et de ses acolytes comme ça, presque par hasard, en passant, par le biais d’un festival international d’arts sonores, à savoir City Sonic, à Louvain la Neuve, dans une Maison des jeunes. C’est Chez Elle, c’est bien son nom,au lieu d’accueil.
On capture tout d’abord quelque sons au débotté, dont une rapide explication du projet par Antoine Boute, que l’on sent d’emblée personnage à fleur de peau, follement foisonnant d’idées, de désirs de faire.
On découvre un projet en chantier, avec des gens, perchés sur des échafaudages, qui accrochent des dazibaos verticaux, surmontés des titres génériques, de mots tags, et en dessous des textes développant, style plutôt calligraphie poético anarcho littéraire, des idées associées, des écrits pointant des dérives sociétales, ou des bribes de rêves.
Tout cela évolue, se construit sur, dans le lieu, durant une semaine, avec cinq ou six artistes complices, et des étudiants d’écoles d’art, dont l’Erg et L’ESA Saint-Luc de Bruxelles.

banquet_zero_dechet-antoine_boute-junk-city_sonic-transcultures-2019-1024x681

Puis on revient le soir du banquet événement, zéro déchet + performances bio-hardcore associées.
On est sensé avoir apporté de la nourriture, des fruits, légumes, épices, et autres choses, restes et résidus de frigos, de marchés, mode déchets, reliquats comestibles… Le tout à cuisiner collectivement, pour préparer un super banquet bio-hardcore qui clôturera la résidence, tout un programme.
Découpe des ingrédients (sons de couteaux), cuisson (glouglouttis), touillage, trituration, idées culinaires partagées, ponctuées des lectures (cris vocalises), de chants viscéraux, d’improvisations corpo-bruitistes, des sono-digestions collectives (entre rôts et râles), une douce folie s’installe progressivement, contagieuse, elle se partage, se développe au fil des épluchures et des ciselures hachures.
La mayonnaise prend son temps pour monter, mais s’épaissit, gagne en saveur au fil de la soirée.
On y tricote voyages et récits de vie décalés, écologie, nourriture, monde violemment répressif, policé, policier, des choses politiquement incorrectes, mais aussi tendresse et poésie, utopie, espoir et humanité.
Ça brasse des choses à fleur de peau, de son, de tympan, ça réunit des gens qui espèrent ensemble, qui agissent s’agitent, autrement, ça fait quand même du bien par où ça passe.
Des cris, borborygmes, râles, des chants doux doux, comptines, des danses frénétiques, des fumets, pour un banquet bien décalé, in progress. Une forme Dionysiaque tout en sons et mots-dits, en phrases écrites à la volée, et recettes improvisées, dans une soirée insolite pour un festival d’arts sonores qui explore, en ce lieu et moment, des terrains sensiblement inhabituels. Des actions performatives rafraichissantes, revigorantes nourricières. On en repart un brin chamboulé, repu, amusé, questionné, remué, brassé, heureux ou inquiet, voire anxieux, selon les moments, ce qui n’est pas au final si courant.

Les activistes
Antoine Boute (Be) – antoineboute.blogspot.com/
+ Chloé Schuiten (Be)- chloeschuiten.blogspot.com/
+ Clément Thiry (Fr) http://citysonic.be/festival2019/clement-thiry/
+ Jeanne Pruvot Simonneaux (Fr) http://citysonic.be/festival2019/jeanne-pruvot-simmoneaux/
+ étudiants de l’ERG – wiki.erg.be/
et de l’ESA Saint-Luc Bruxelles – www.stluc-bruxelles-esa.be/
+ public participant

https://www.chezzelle.be/

Publié dans arts sonores, festival | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

City Sonic Winter Sessions 2019, avec Raymond Delepierre


raymond_delepierre-swalling_heart-art_sonore-sound_art-city_sonic-transcultures-2019-1024x768

Swalling hEARt

 

Halles  universitaires, UCL à  Louvain la Neuve

Quelques impressions à la volée après une semaine à déambuler entre espaces sonores urbains et œuvres sonores installées.
La ville sans voitures, j’en ai déjà parlé, mais chaque fois que je traverse la petite bourgade de Louvain la neuve, la place des voix, des pas, des oiseaux, même hivernaux, des valises à roulettes et autres charriots donne du grain à moudre à mes oreilles qui profitent largement de ce centre apaisé.

Côté intérieur, un espace assez fascinant, le hall de l’université catholique où deux « œuvres au noir », de par leurs couleurs, se répondent en tissant un bien bel espace visuel et sonore.

Raymond Delepierre

L’artiste, Raymond Delepierre, est un homme au oreilles grandes ouvertes sur le monde, et un plasticien qui sait tirer de l’espace ambiant tout son potentiel, pour l’habiter, le faire vibrer de formes et de sons. Swallling hEARt (Cœur qui avale) est une impressionnante sphère noire, lisse et douce, posée dans ne extrémité de la salle, qui donne d’emblée envie de la caresser, de s’y coller, oreilles et corps, dans une attirance assez fusionnelle. et en fait c’est bien là ce qu’il faut faire ! Les sons, paysages multiples, abeilles, chant basque, ruisseau, courent à l’intérieur de cette sphère, s’approchent, s’éloignent, tournent, et viennent faire vibrer nos mains, nos joues, notre corps. Immersion tactile, kinesthésique, intime, l’expérience est belle. Cette œuvre convoque moult postures d’écoute, où il est beau de regarder des personnes écouter dans un geste collectif, où grands et petits, peuvent tester ces vibrations sonores, ces paysages intérieurs à fleur de peau, de tympans… On pourrait y rester longtemps, et il faut en effet prendre le temps de laisser la sphère captiver notre écoute, où se développent des images mentales bienveillantes, dans l’esprit-même de l’artiste Raymond Delepierre, que j’ai toujours beaucoup de plaisir à retrouver. Nous avons tant d choses à bous raconter chaque fois.

 

Stubborn Waves

A quelques mètres, tournent très lentement deux haut-parleurs, Stubborn Waves, eux aussi noirs, posées sur un cercle de même couleur. L’ensemble de l’installation pourrait être austère, ténébreuse, dans ces teintes qui parfois évoquent des choses peu avenantes, mais il n’en est rien. Tout reste aérien, le noir propose plutôt un écrin sobre, plutôt neutre, qui laisse de l’espace aux formes et aux paysages sonores diffusés. Ces deux trompes émettent des sons, assez doux, avec parfois des sursauts plus toniques, qui sont issus des sonorités de l’extérieur de la ville, attrapées et ramenées en intérieur par des micros extérieurs, avec des traitements acoustiques qui les colorent sans en effacer totalement les sources. C’est une sorte de cabine Leslie dont on aurait ralenti à l’extrême la vitesse de rotation, lui faisant perdre ainsi l’effet Doppler accompagnant les mouvements sonores rapides dans l’espace.
Les sons balaient circulairement, lentement, l’espace de l’auditeur.

 

C’est un écho à une autre œuvre de Raymond Delepierre, X belle X-1, installée aux ans auparavant à Charleroi, moins plastique car plus acousmatique (Les sources sonores sons cachées, ou peu visibles, pour ne laisser que les sonorités comme objet d’écoute).

Ces trompes font aussi pour moi écho à la sculpture mégaphonique Bruxelloise, la Pasonaria d’Emilio Lopez Menchero.

statue1000pasionaria01Pasonaria d’Emilio Lopez Menchero

 

Petite parenthèse, dans l’histoire des arts sonores, on pourrait écrire un livre entier sur l’usage des hauts-parleurs, public-adress, dans leurs fonctions informatives, politiques, esthétiques, tant il y a d’artistes qui ont, chacun à leur façon, mis en scène ces fascinants objets …

Mais revenons à notre installation. Lorsque l’on est entre les deux œuvres, se produit un mixage délicat, où l’un ou l’autre des dispositifs, la sphère ou les haut-parleurs, se relaient, se superposent, prennent l’ascendance à tour de rôle, font émerger telle ou telle ambiance, sans surenchère aucune, dans une forme de respect mutuel.
Le visiteur peut lui-même, en se déplaçant d’un point à l’autre, en tournant autour de la bulle, en suivant la rotation des HP, en naviguant dans l’espace de l’installation, mixer sa propre installation, se trouver des points d’ouïe, se placer entre deux, fabriquer son parcours/paysage. C’est là l’apanage d’installations sonores réussies, dans l’équilibre à trouver entre les différentes sources sonores, exercice parfois compliqué tant pour les artistes que pour les commissaires ayant charge de placer les œuvres, et surtout de les faire cohabiter dans des espaces d’audio monstration.
Ici vous l’aurez compris, le visuel comme le sonore fonctionne à merveille.

 

Page City Sonic : http://citysonic.be/festival2019/raymond-delepierre/

Interview  Sonic Radio  : https://soundcloud.com/transonic-be/raymond-delepierre-interview-city-sonic-16-sonic-radio-2019?in=transonic-be/sets/sonic-radio-2019

Publié dans arts sonores, festival | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire