SOUTENEZ DESARTSONNANTS


logdas

SOUTIEN DESARTSONNANTS

 Vous appréciez le blog Desartsonnants, son contenu ?

 Soutenez le, aidez le pour poursuivre plus sereinement son travail, il vous en sera très reconnaissant !

Le projet Desartsonnants

Le site, infos, réflexions, actualités, zoomsdesartsonnants Sonos//faire

Les revues d’informations, ressources, curration, partage

Création sonore et environnement

Déambulations pédestres, artistes, chercheurs, bâtisseurs en marche

Desartsonnants en actions, vers un art du paysage sonore

Espace public, projets artistiques et culturels, lieux de fabrique

Listening Art, objets, postures, dispositifs, l’écoute tous azimuts

Textes, réflexions, projetsBibliothèque Scribd Desartsonnnants

Archives – Plus de 1000 articles en ligne sur l’ancien blog Desartsonnants

Paysages sonores, chemins d’écoute, création sonoreDesartsonnants en écoute

 

DONS PICT

Publicités
Image | Publié le par | 2 commentaires

Drone Day


Brussels Drone Day – Sound Art event

26.05.2018

 

Cette année, Bruxelles rejoint, pour la première fois, le Drone Day International. En effet, ce 26 mai, des événements dédié au drone sonore ont lieu un peu partout dans le monde réunissant des chercheurs de la sensation du son libéré de la mélodie et du rythme créant une trame, un égrégore de conscience nouvelle. Le drone (ou littéralement bourdon en anglais) peut désigner, en musique, un son long tenu ou répété avec peu de variation harmonique ; on le retrouve dans plusieurs approches minimalistes contemporaines mais aussi dans certaines traditions extra occidentales.

A l’initiative d’Ariane Chesaux et de Transcultures, le Brussels Drone Day regroupe 5 artistes issus de différents horizons sonores (Unda-Isa Belle et Ariane Chesaux entrelacs de bols tibétains, gongs, clochettes et drone acoustique, Paradise Now – soundscapes guitaristiques, vocales et électroniques, Bimyoji, le nouveau projet de Frédéric Becker -flûtes et machines, rêveries minimales et envoûtements électroniques, Louis Favre – percussions et objets sonores et un artisan céramiste Giovanni Fortenio qui montrera une sélection d’objets originaux qu’il a conçus pouvant aussi être manipulé pour produire des sons organiques.

Chaque participant déploiera sur ce thème son univers sonore en une vingtaine de minutes avant de réunir les autres en fin de performance; Il s’agit ici de partager une énergie singulière et de stimuler la découverte des mondes intérieurs tant des artistes sonores que des participants, chacun vivant cette immersion dans le son.

 

brussels-drone-day_affiche-flyers-recto_transcultures-2018-730x1024

brussels-drone-day_affiche-flyers-verso_transcultures-2018-730x1024

 
Publié dans arts sonores | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Exposition « Bruyantes mécaniques »


29340350_2080281671983769_724554824198806365_n

BRUYANTES MECANIQUES

Du 30 Mars au 15 Avril 2018
Vernissage vendredi 30 Mars de 18h à 22h

Adam Basanta / Studio Bruyant / Peter Keene / Stéphane Bissières

Commissariat: François Ronsiaux


L’exposition Bruyantes Mécaniques met en résonance quatre installations/dispositifs sonores, électroniques et mécaniques, qui tentent une exploration de la symbolique de la probable conscience des machines.
A travers l’utilisation de capteurs, boucles son/images, systèmes complexes, indéterminés ou scénographiés, les artistes Adam Basanta, Studio Bruyant, Peter Keene et Stéphane Bissière repoussent les limites de l’aléatoire et développent un rapport intime corps/machine.

Le spectateur/acteur n’est pas introduit dans un dispositif prévisible mais interagis sur le résultat du projet installatoire, et est immergé dans un processus dont il est l’interférant principal.

Selon les heures de la journée, la chaleur, la lumière ambiante, la quantité de personnes présentes, les dispositifs se mettent en mouvement, réagissent et interagissent différemment, quelques fois de manière chaotiques, et produisent une scénographie sonore et visuelle aléatoire, comme sensibles à leur environnement.

L’exposition Bruyantes Mécaniques emprunte aux fantasmes et mythes de la science fiction des années 1970, et tente parallèment une introspection dans notre époque contemporaine, celle des algorithmes et de l’intelligence artificielle.

En partenariat avec Le Bon Accueil, lieu d’Art Sonore, Renne
http://bon-accueil.org/

Avec:

– Adam Basanta
http://adambasanta.com/

« The only thing we know about the future is that it is going to be different. » — Peter Drucker, Management: Tasks, Responsibilities, Practices (1973), Pt. 1, Ch. 4.

The above message, written in the past concerning the future, is spoken by a speech synthesis algorithm unavailable in 1973, recorded and amplified on cassette tape recorders produced between 1968 and 1979. At their time, these artifacts were material participants in the imagination of “The Future” through both function and visual design. Today, they have become obsolete and fashionable several times over.
Such recording technologies condense time, allowing the past sentiment about the future into the present, while simultaneously amplifying time-difference through the sonic signifier of recorded fidelity. Taking advantage of the mechanical systems at play, Drucker’s statement continually scrambles itself in time – creating unpredictable sense, non-sense, and new-sense – illustrating that indeed, the only thing we know about the future is that it is different, although perhaps not in the ways we expect it to be.
Ironically, without prescience or clairvoyance, this knowledge is only known through contemplation of the past.

Biography

Adam Basanta (b. 1985) is a Montreal-based sound artist, composer, and performer of experimental music. His work traverses sound installations, electroacoustic and instrumental composition, site-specific interventions, and laptop performance. Across disciplines and media, he interrogates intersections between conceptual and sensorial dimensions of listening, instabilities of instrumentality, and means with which site and space can be articulated.

His sound installations have recently been presented in North America and Europe in galleries and institutions including Carroll/Fletcher Gallery (London), National Art Centre (Tokyo), American Medium Gallery (NYC), New Media Gallery (CAN), Serralves Museum (POR), Edith-Russ-Haus fur Mediakunst (GER), Vitra Design Museum (GER), Laboral (ESP), Gallery B-312 (Montreal), Fonderie Darling (Montreal), Titanik Gallery (FIN), The Center for Contemporary Arts Santa Fe (USA), and BIAN 2014 Digital Art Bienale (Montreal). His installations have been awarded in the Prix Ars Electronica 2013 (honourable mention, Hybrid Art category), the 2014 Edith-Russ-Haus Awards for Emerging Media Artists, and the Excellence prize in the 2015 Japan Media Arts Festival. His work has been positively reviewed in publications such as Artforum, Hyperallergic, ETC Media, Neural magazine, Musicworks, Creator?s Project, The New York Times, and the Wall Street Journal.

His experimental concert music has been presented worldwide, including appearances in the MATA Festival (NY), Gaudeamus Musicweek (NL), CTM Festival (GER), Akousma Festival (CAN), and Mutek Festival (CAN), and have been awarded multiple national and international prizes, including Metamorphoses 2010 (Belgium) and the Grand Prize in the SOCAN Foundation Awards for Young Composers (Canada). Recently, his music has been released on Kohlenstoff Records (Montreal), Farmacia901 (Italy), and Cassauna (USA).

– Stéphane Bissières
http://www.stephanebissieres.com/

DATALINE est une installation sonore composée de l’assemblage de plusieurs modules de disques durs contrôlés via Arduino. Chaque disque dur est une source acoustique formant un synthétiseur qui produit de façon algorithmique des motifs mélodiques génératifs. Bien que répétitifs et inspirés du courant minimaliste, ces motifs génèrent des variations infinies, ainsi lorsque l’auditeur se déplace à proximité de la pièce la « spatialisation naturelle » crée l’illusion de l’émergence de nouveaux motifs.
Nous sommes faits de pensées, de rêves et d’idées, mais c’est notre corps qui nous révèle au monde. Dans le domaine des arts numériques, virtuels et abstraits, ces choses obsolètes sont comme des vestiges d’une entité en mutation. Elles nous parlent de notre identité et de notre évolution. Automates obsolètes recyclés, les disques durs « mécaniques » sont ici démontés, privés de leur plateau mémoire pour ne laisser visible que la partie mécanique. Une nouvelle vie leur est insufflée à l’aide de micro systèmes arduinos afin de générer des patterns musicaux génératifs ou répétitifs, une forme de poésie industrielle en réflexion à notre rapport à la technologie et à l’obsolescence.

L’installation « Dataline » fait partie de la série « Hard Drives Music », coproduite par Le Cube.

Biographie

Compositeur et artiste numérique, Stéphane Bissières vit et travaille à Paris. De la musique contemporaine à la techno en passant par la création vidéo et le design d’interactivité, il développe des performances et des installations singulières mettant
en scène l’interaction entre le public et les dispositifs de création.
Ses travaux questionnent notre rapport à la technologie, notamment à travers les thèmes de l’obsolescence programmée, de la surveillance de masse et de toutes formes d’hybridation entre l’homme et la machine. Ses projets musicaux s’axent
autour de la création électronique en temps réel pour une approche organique directement reliée au geste. Musicien de jazz pendant une dizaine d’années, il garde le goût de l’improvisation, de la collaboration et de la création dans l’instant. A la
recherche de nouvelles formes d’écriture, il développe des processus compositionnels algorithmiques influencés par l’application de motifs mathématiques. Primé par la Sacem, l’Imeb et le prix Paris Jeunes Talents, il est
compositeur pour Radio France et collabore aussi avec le label Signature et le GRM. Il développe pour la société Dafact de nouvelles interfaces de captation gestuelle, réalise des installations pour le Fresnoy et crée à l’Institut National de l’Audiovisuel le cursus de création interactive.

– Studio Bruyant
https://www.studiobruyant.com/fr/

TOTEM est une installation interactive mécanique et musicale composée de modules percussifs et autres machines à bruits. Véritable instrumentarium de musique concrète et électronique, l’installation prend vie grâce à un système de tracking détectant la présence et les mouvements l’entourant.
Ainsi Totem peut s’expérimenter de façon passive ou active, car on peut la regarder, l’écouter et danser avec elle. De plus, s’adaptant au nombre de participants, chaque expériences de Totem est unique et imprévisible.

Production : Studio Bruyant, festival Teriaki
Conception, développement, composition sonore, design : Studio Bruyant
Réalisation de la sculpture : Vincent Jarry
Avec le soutien de la Gaîté Lyrique.

Biographie

STUDIO BRUYANT est un studio de création interactive autour de la musique et du jeu composé de Bruno Ribeiro, Guillaume Evrard et Olivier Guillerminet. Nous créons des installations, des performances, et des applications mêlant interactivité, son et image. Nous imaginons ( Concept, Gameplay ) et produisons ( Développement Informatique, Design Visuel, Sound Design) des expériences aux nouvelles formes narratives entre le jeu vidéo immersif et l’oeuvre d’art participative.
Nous sommes un studio de création interactive basé à Paris. Fondé par des ingénieurs, musiciens et artistes visuels, nous créons des installations et performances autour du jeu et de la gamification. Les expériences proposées empruntent donc autant à l’art génératif qu’au jeu vidéo, et proposent également une dimension sociale et participative.
Nous travaillons sur nos propres créations, et intervenons auprès d’autres artistes numériques, des institutions et des marques.

– Peter Keene
http://www.peter-keene.com/

As long as I can remember, I’ve been playing around with electronic sounds starting with prepared TV and old radio sets record player amplifiers tape recorders audio oscillators bizare army surplus test equipment and many 1000’s of analog synthesizer circuits which I’ve been using in my work for at least 35 years.

Lost science revisited…

Retenir, explorer, remettre sur l’établi pour les basculer dans le champ de l’art — les quelques dispositifs fondamentaux de l’histoire des technologies et des sciences est le propos premier de Peter Keene.
Par l’étude de différents possibles via un work in progress mené sur plusieurs années, l’artiste anglais replace les œuvres de la science et de la technique (la télévision mécanique de John Logie Baird— les champs électromagnétiques de Nicolas Tesla— le Theremin — l’oscillateur aux ondes multiples de Georges Lakhovsky — le rayon Rife …) dans le fil du temps artistique.

Hybridation

Son, lumière, mouvement, énergie… Les dispositifs de Peter Keene cherchent la symbiose, dans des œuvres où la machine sert à percevoir l’onde, le temps de l’évaporation, la couleur de la note ou le chant de la saucisse…
Electronique analogique, chimie, mécanique, hauts-voltages sont au service de son oeuvre toujours expérimentale qui oscille sans retenue entre l’art et la science

Biographie

Né en 1953 à Birmingham, Angleterre.
Vit et travaille entre Paris et Bruxelles.

Retenir, explorer, remettre sur l’établi pour les basculer dans le champ de l’art — les quelques dispositifs fondamentaux de l’histoire des technologies et des sciences est le propos premier de Peter Keene.
Par l’étude de différents possibles via un work in progress mené sur plusieurs années, l’artiste anglais replace les œuvres de la science et de la technique (la télévision mécanique de John Logie Baird— les champs électromagnétiques de Nicolas Tesla— le Theremin — l’oscillateur aux ondes multiples de Georges Lakhovsky — le rayon Rife …) dans le fil du temps artistique.
Son, lumière, mouvement, énergie… Ses dispositifs cherchent la symbiose, dans des œuvres où la machine sert à percevoir l’onde, le temps de l’évaporation, la couleur de la note ou le chant de la saucisse…
Electronique analogique, chimie, mécanique, hauts-voltages sont au service de son oeuvre toujours expérimentale qui oscille sans retenue entre l’art et la science.

Publié dans arts sonores | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Radiophonie – Radio O


28423616_1997999227128104_7763560328516423456_o

Radio O

J’ai découvert il y a peu cette radio.

J’ai écouté.

J’ai été séduit.

Alors j’ai écouté encore.

Et eu envie de partager ces voix.

Par exemple – http://radioo.online/#fabrique6

 

La nouvelle Radio O c’est :

11 nouvelles émissions en libre accès tous les mois

avec 11 artistes-chroniqueurs pour vous donner à entendre

-de la poésie sous toutes ses formes

-des écritures

-des improvisations poético-musicales

-des chansons

– des sélections de créations anciennes ou récentes

-des à propos sur la poésie et ses pratiques performatives

-des instants de fiction

le tout faisant appel à l’art sonore ou au bagout de ses artistes-chroniqueurs

 

La nouvelle radio O c’est aussi un partenariat avec un label de musique indépendant Blackelk.

 

Studio mobile, pour partir à la rencontre des poètes, enregistrer en direct des poèmes-action, organiser des lives in-situ et créer des interview-creations sonores.
Bientôt la nouvelle Radio O en flux continu ! Le nouveau site a besoin de vous pour être crées ! Nous réalisons actuellement une collecte : www.lepotcommun.fr/pot/ss3ociqx
Publié dans arts sonore, radiophonie | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Sonothèque FX, BBC sons XXL !


bbc-logo

BBC Sound Effects

Depuis sa création, en 1922, la célèbre BBC – British Broadcasting Corporation, radio et télévision Anglaise, Londonienne exactement a constitué une incroyable archive sonore, du témoignage historique aux fameux bruitages cinématographiques. La BBC est en fait un non-departmental public body (équivalent d’une autorité administrative indépendante), qui lui vaut son originalité, la liberté de ses choix politiques, culturels, comme une institution médiatique incontournable, y compris et surtout dans les périodes agitées de la seconde guerre mondiale. Son indépendance lui vaudra d’ailleurs, en plus des baisses drastiques de subventions depuis déjà de nombreuses années, un scandale autour d’une affaire de pédophilie « étouffée, quelques ennuis avec notamment le Gouvernement Cameron, qui fragilisent son existence. Néanmoins, cette entreprise reste un modèle économique et médiatique unique au monde, dans une  production aussi diversifiée qu’exigeante.

Mais au-delà de cette histoire singulière, c’est l’énorme banque sonore qui retient l’attention de nombreux créateurs sonores, et le fait que pas moins de 16 000 effets sonores aient été récemment mis à disposition gratuitement en ligne. Ayant voulu tester cette ressource, cette manne dirais-je, j’ai été impressionné par la puissance et la vélocité du moteur de recherche, de l’efficacité de ses indexations. On sent là toute la maîtrise de l’archivage sonore bâtie sur des années d’expérience. Bien sûr utilisez de préférence la langue de Shakspeare pour profiter de la puissance du moteur, n’en déplaise au anglophobes.

Au départ, existait cette banque avec beaucoup de sons Francophones, dont les fameuses répliques cinématographiques cultes du type de celles que l’on écoute ici http://www.universal-soundbank.com/expressions-celebres.htm

Maintenant, cerise sur le gâteau, pour trouver chaussure à votre pied, ou plutôt son à votre oreille, c’est par ici. Rien d’impressionnant dans le graphisme de la page, mais l’efficacité est bien au rendez-vous ! http://bbcsfx.acropolis.org.uk/

 

 

Publié dans arts sonores, radiophonie | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Points d’ouïe en Stations d’écoute


POINTS D'OUÏE, PAYSAGES SONORES PARTAGÉS

10653396_847456401931423_4607522757846799105_n

Husserl disait que les choses n’allaient jamais de soi et méritaient toujours d’être questionnées. Questionnées notamment en terme de phénomènes. Le philosophe indique que par le questionnement, nous aurons une démarche d’explorateur qui pourra ainsi expérimenter le monde, ce qui me convient parfaitement dans la posture de promeneur écoutant.
Le phénomène n’est pas ici lié au phénoménal, à l’énorme, à le hors-norme, mais plutôt dans son acception première « Ce qui apparaît, ce qui se manifeste aux sens ou à la conscience, tant dans l’ordre physique que dans l’ordre psychique, et qui peut devenir l’objet d’un savoir- source (Centre National Textuel et linguistique) », donc dans la description phénoménologique du terme. Hors pour questionner, il faut tout d’abord décrire.

Et pour décrire, observer, ou dans le cas de phénomènes sonores, écouter.

Et c’est là que resurgit l’importance de la posture, celle qui poste notre corps, nos sens, notre attention, dans une position…

View original post 238 mots de plus

Publié dans acousmatique | Laisser un commentaire

Palmares radiophonique, Phonurgia Nova à la BNF


exe_aff_40x60_festival

En Mai écoute ce qu’il te plaît

Accueillis depuis 2016 par la BnF, les Phonurgia Nova Awards récompensent la créativité d’artistes qui abordent la radio comme creuset d’invention au cœur du sonore.
En écho à ces Palmarès, et à l’occasion du 2ème Festival “Bibliothèque Parlante” la BnF vous invite à découvrir dix oeuvres singulières qui ont marqué les annales de ce festival né à Arles en 1986.
10 œuvres en écoute, une large gamme d’ondes créatives à parcourir à l’aide de casques HF en se promenant sur la Terrasse Est de la grande Bibliothèque en compagnie de Aurelia Balboni, Alessandro Bosetti, Felix Blume, Daniel Capeille, Joaquin Cofreces, Sebastian Dicenaire, Yves Meylan, Sherre Delys et Russel Stapleton, Christophe Korn, Fabrice Osinski….

Horaires :

  • Samedi 14h-20h
  • Dimanche 13h-19h

Accès libre (dans la limite des casques disponibles)
Tout le programme de ce week-end exceptionnel sur le site BnF

Publié dans arts sonore, radiophonie | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Open call: Reimagine the sounds of Sri Lanka


 

City and Memory

WSri Lanka skylinee’re looking for sound artists to help us reimagine and recompose the sounds of Sri Lanka

Thanks to Stéphane Marin (Espaces Sonores), we have an amazing collection of field recordings from Sri Lanka.

Ranging from calls to prayer and temple musicians to recordings of monkeys, insects, dawn choruses and shrimps underwater, the sounds reveal the very essence of Sri Lanka.

There’s a limited pool of recordings available, which will be allocated on a first-come, first-served basis, so if you’re interested get in touch now!

How it works

We’ll send interested artists a pool of recordings to choose from, which will be allocated on a first-come, first-served basis.

You’ll then have four weeks to complete a reimagined piece using your chosen field recording – these will be presented on a bespoke interactive sound map of Sri Lanka on Cities and Memory during May.

Sounds must be supplied as WAV or AIFF, less than 20 minutes in length, containing the original field recording or elements of it – otherwise you are free to be inspired by the field recordings to create something brand new. We’ll also need a title for your piece, and a few sentences describing your approach and inspiration for it.

https://citiesandmemory.com/…/04/open-call-sri-lanka-sounds/.

Publié dans arts sonores | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Radiophonie – Bivouac Radio 2018


27067829_1567889306641920_820739945135734032_n

Mais de quel côté du miroir sommes-nous donc aujourd’hui ? Dans quel monde vivons-nous ?

Quatrième Bivouac Radio avec le Théâtre Albarède : Escapades et Phaune vous invitent à basculer dans les univers parallèles que la radio sait si bien fabriquer. Pendant deux jours, on tire avec vous les fils de la création sonore, en compagnie d’artistes qui racontent le présent et inventent le futur. Et vice-versa.

Au programme : blind test, plateau radio, causeries, projections sonores, rando pirate sur la mer de rochers de Sauve…

Détails à venir ou sur le site internet : http://bivouac.phauneradio.com/

Publié dans arts sonores, radiophonie | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Ressources sonores, L’écoutoir


ecoutoirlogofdblanc

 

Il y a des espaces ressources qui, la toile internet se développant, ont créé des points ressources aptes à satisfaire une oreille curieuse, voire aventureuse. Si Desartsonnants tente de le faire depuis déjà quelques années maintenant, de façon un brin épidermique, au coup de cœur, d’autres répandent également la belle écoute, ou en tout cas l’écoute en chemin de traverse, thématique ou plus largement transdisciplinaire. Citons par exemple les incontournables Syntone, ESAM Audio, Sonore Visuel sans oublier bien sûr la colossale ressource de vidéos, sons, textes, icononographies,  que propose Ubu Web

Mais je voudrais ici vous présenter un nouveau venu, avec le site L’Écoutoir.

L’Écoutoir est, comme il se définit, un cabinet de curiosité, qui épingle des créations sonores diverses et variées, histoire de nous montrer une fois de plus, mais il est toujours bon de le souligner, l’extraordinaire diversité, et vivacité du monde sonore contemporain.

Voici comment se présente le blog, dans ses intentions,  je cite  :

« L’Écoutoir est un cabinet de curiosités sonores, musicales et radiophoniques en ligne.

De l’art sonore au hörspiel, en passant par la poésie sonore, la musique (concrète, expérimentale, électronique…), l’écriture radiophonique, la phonographie, le field recording et toutes sortes de bricobruitages, nous prêtons l’oreille aux plus étranges bruissements de la toile pour y dénicher des pièces remarquables qu’elles soient historiques ou toutes fraîches, panthéonisées ou méconnues, majeures ou mineures, de grands maîtres ou de jeunes pouces. Des enregistrements pleins de saveurs, et parfois de piquant, en tout cas singuliers.

Nous ne tendons à aucune forme d’exhaustivité ou de représentativité des esthétiques que nous approchons dans nos choix et préférons, au contraire, assumer l’arbitraire d’une ligne éditoriale plutôt fondée sur la notion de « curiosité » ; nous entendons par là : des écritures non académiques, originales, surprenantes, voire insolentes.

De la même façon, nous prenons le parti de nous intéresser davantage (mais pas exclusivement, donc) aux travaux qui relèvent de la recherche et de l’expérimentation sonore sous toutes ses formes qu’à ceux tournés vers les écritures purement narratives.

Par la collection d’œuvres que nous vous proposons, notre objectif est de promouvoir la démarche de ces artistes – et aussi de leurs producteurs et éditeurs –, connus ou inconnus, institutionnels ou alternatifs, qui considèrent le son comme un puissant vecteur d’émotions, voire comme un médium pertinent pour interroger et représenter notre monde. »

J’ai d’ailleurs rencontré récemment Licinio Da Costa, fondateur et directeur artistique de l’Écoutoir à Paris 8, lors d’une rencontre autour de la création sonore en espace public. Nous avons alors pu échanger de visu et de vive voix. Il est évident que nous partageons cette volonté de transmettre, de faire connaître, et sans doute de donner envie de tendre l’oreille vers de nouvelles formes sonnantes.

Pour ne rater aucun son, inscrivez vous à la newsletter  .
Publié dans arts sonores | Tagué , , , , , , , | 1 commentaire

Festival Interstice


visuel-noir-200px
logoi13-350px
Interstice est un festival où ‘on trouve des arts sonores, mais entre autres choses…
Présentation
]interstice[ rencontre des inclassables, présente sa 13ème édition consacrée aux arts visuels, sonores et numériques.
Du 9 au 20 mai 2018, le festival vous donne rendez-vous pour un parcours d’expositions, de concerts, performances et d’ateliers avec des artistes de France, du Canada, du Vénézuela, d’Italie, d’Allemagne, d’Angleterre, des Pays-Bas et du Japon.
Chaque site accueille une œuvre unique et propose une expérience poétique qui questionne l’espace, l’architecture, notre rapport aux technologies et à l’histoire de l’art, aux sciences et aux techniques… des instants à vivre comme autant de pauses dans un monde en mutation permanente.
Grâce à la fréquentation d’un public toujours plus fidèle et divers et au soutien de nos partenaires, ]interstice[ jouit aujourd’hui d’une reconnaissance nationale qui s’appuie sur la mise en œuvre d’une structuration régionale. Grâce aux artistes, nous avons pu proposer chaque année des projets de grande qualité.
2018 est le témoignage de la rencontre entre ces deux dynamiques. Cette édition sera un temps de découverte marqué par de nombreuses premières en France, des créations inédites, de nouvelles collaborations au fil d’un parcours artistique toujours aussi singulier.
Retrouvez-nous de la Presqu’île au quartier Lorge : au Dôme et au Cargö, à l’école supérieure d’arts & médias de Caen/Cherbourg et au Pavillon, à l’Abbaye-aux-Dames et aux Galeries Lafayette, à Territoires pionniers/Maison de l’architecture Normandie et à la Galerie IGDA 2.0, à l’église du Vieux-Saint-Sauveur et à L’Artothèque, Espaces
d’art contemporain, au Centre chorégraphique national de Caen en Normandie ainsi qu’au Tetris au Havre et à l’auditorium du musée des Beaux-Arts à l’invitation de l’Institut National des Sciences Appliquées à Rouen.
David Dronet, Directeur général et artistique
Luc Brou, Directeur du développement et des publics
Sources
Publié dans arts sonores | Tagué , , , , | Laisser un commentaire