SOUTENEZ DESARTSONNANTS


logdas

SOUTIEN DESARTSONNANTS

 Vous appréciez le blog Desartsonnants, son contenu ?

 Soutenez le, aidez le pour poursuivre plus sereinement son travail, il vous en sera très reconnaissant !

Le projet Desartsonnants

Le site, infos, réflexions, actualités, zoomsdesartsonnants Sonos//faire

Les revues d’informations, ressources, curration, partage

Création sonore et environnement

Déambulations pédestres, artistes, chercheurs, bâtisseurs en marche

Desartsonnants en actions, vers un art du paysage sonore

Espace public, projets artistiques et culturels, lieux de fabrique

Listening Art, objets, postures, dispositifs, l’écoute tous azimuts

Textes, réflexions, projetsBibliothèque Scribd Desartsonnnants

Archives – Plus de 1000 articles en ligne sur l’ancien blog Desartsonnants

Paysages sonores, chemins d’écoute, création sonoreDesartsonnants en écoute

 

DONS PICT

Image | Publié le par | 2 commentaires

CRÉATION SONORE ET RADIOPHONIE, LA RADIO PARFAITE


NUIT RE-FANTASTIQUE de la RADIO PARFAITE

Festival Printemps des Arts de Monte-Carlo
23h-5h /// LA NUIT RE-FANTASTIQUE
avec onze remixes de La Symphonie fantastique
composées pour La Radio Parfaite par Frédéric Acquaviva, Amandine Casadamont, Andrea Cohen, @David Fenech, Jean-Luc Guionnet, Frédéric Kahn, Scarlatti Goes Electro, Gwenaelle Roulleau, Sébastien Roux, Guillaume Tiger et Christian Zanési

RadioParfaite_600x600.jpg

Publié dans arts sonores, radiophonie | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Spectacle installation sonore et visuelle Campo Santo


© Pierre Nouvel

© Pierre Nouvel

© Pierre Nouvel

© Pierre Nouvel

© Pierre Nouvel

© Pierre Nouvel

 

Campo Santo

Lever de rideau ! En ouverture de la représentation de Campo Santo, les élèves du Conservatoire de Lyon (CRR) proposent un paysage sonore autour de la notion d’utopie.
> jeu. 23 mars à 18h30 au Studio du Théâtre. Entrée libre sur réservation 04.72.07.49.49

plongée musicale parmi les vestiges d’une utopie abandonnée

Campo Santo c’est à la fois un concert, une installation sonore et visuelle, de la littérature autour d’une histoire oubliée.

Dans les années 30, les Soviétiques achetèrent aux Norvégiens une île située dans l’archipel du Spitzberg, au pôle Nord, pour y exploiter une mine de charbon. Ils y construisirent une cité utopique qui fonctionna de manière autonome, une vaste entreprise qui compta jusqu’à 1500 employés et où tout était gratuit. Après la chute de l’Union soviétique, la production diminua peu à peu et l’exploitation minière s’arrêta. Le 31 mars 1998, un dernier navire quitta l’île. Le compositeur Jérôme Combier a fait le voyage vers Le Spitzberg, où avec son équipe, il a enregistré les sons – piano déglingué, bruits de cuves, de bidons, bruits de radiateur, vent, goélands – et filmé ces lieux désertés par les hommes. À partir de cette « matière première », il a conçu Campo Santo comme une immersion sonore et visuelle dans la ville désaffectée. Mais c’est aussi l’évocation des utopies économiques et sociales, des phalanstères, des cités radieuses et idéales, des illusions perdues, et bien sûr du marxisme. Sur le plateau, différents tableaux se succèdent mêlant les musiciens de l’Ensemble Cairn aux images du vidéaste Pierre Nouvel. Chœurs et ballets virtuels, fragments de textes, échos de chansons convoquent les fantômes des hommes dans les vestiges d’un lieu et d’une époque effacés.

concert – installation | 1h20 env. | à partir de 15 ans

spectacle choisi pour faire partie des 40 ans de l’Ircam-Centre Pompidou Paris en 2017, en partenariat avec Grame

Enregistrer

Publié dans arts sonores | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Stage de captation et composition sonore à Marseille


17211912_1491504944201688_1100786858136099868_o

http://www.larevuesonore.com/

Publié dans arts sonores | Tagué , , | Laisser un commentaire

Concours Libé Apaj 2017 « Drôles de rencontres »


«Drôle de rencontre!» C’est le thème de notre dixième édition présidée par Erik Orsenna. 8000 euros de prix. On vous explique tout ici.

On enchaîne! Une semaine après la remise des prix de la précédente édition (on avait un peu traîné…) le concours redemarre. Au menu: «Drôle de rencontre…» Au bout du monde, dans la jungle, sur la banquise, au fond d’une grotte … Dans un bar louche, une église, au supermarché… Avec un migrant, un chaman, une mère de famille ou un léopard des neiges… Des personnages et des lieux étonnants. Pour des rencontres fortuites, amoureuses, insolites.

Les jurys

Erik Orsenna, Irène Omélianenko, David Caméo, Francis Latreille, Arthur de Pins, les membres de la famille Donnelly, des grands reporters et des journalistes de Libération. Nous privilégierons l’écriture, la sensibilité, le style, l’humour…

N’hésitez pas à (re) découvrir les travaux de nos lauréats pour vous faire une idée. 
Les précédentes réalisations primées sont ici.

Conditions de participation

Avoir moins de 30 ans (l’Apaj, comme son nom l’indique, est une association pour l’aide aux jeunes auteurs).

Quatre catégories

Catégorie textes: rédiger un reportage de 4 feuillets (soit 6000 signes, espaces compris) avec une photo d’illustration au minimum. Fichiers word de préférence ou dans le corps du mail.

Catégorie carnets de voyage: nous faire parvenir une série d’au moins dix dessins (20 maximum). Plutôt jpg (1024 pixels de large) mais les PDF ne posent pas de problème.

Catégorie photos: nous faire parvenir une série d’au moins dix images (20 maximum). Plutôt jpg, 1024 pixel de large.

Catégorie son: Un reportage ou une création audio de moins de 4 minutes à déposer sur soundcloud. Puis nous envoyer le lien.

Il est possible de postuler dans plusieurs catégories ou d’envoyer plusieurs reportages ou carnets.

Envoyez votre reportage, vos textes, photos, sons ou dessins à cette adresse: f.drouzy@liberation.fr

Crédit: Guillaume Flandre, lauréat photo 2015.

Planning 2017

Mars: Lancement du concours.

Lundi 19 juin: Date limite de rendu de la catégorie Textes.

Début juillet: réunion du jury Textes présidé par Erik Orsenna.

Lundi 18 septembre: date limite de rendu des catégories dessins, carnets sonores et photos.

Octobre: parution de Visages d’ailleurs, second tome des meilleurs textes et dessins du concours aux éditions Riveneuve. Le livre sera présenté au Grand Bivouac d’Albertville, du 19 au 22 octobre.

Novembre: réunion des jurys des catégories dessins, carnets sonores et photos, présidés par David Caméo, directeur général des Arts Décoratifs (en partenariat avec France Culture pour la partie Son).

Décembre ou janvier 2018: remise des prix.

Les prix

Huit bourses «Erwan Donnelly» (1200 euros pour les premiers et 800 euros pour les seconds) seront distribuées. La majorité les réalisations seront mises en ligne sur notre site. Attention, malgré nos efforts, il nous est impossible de promettre une publication dans la version papier de Libération.

L’Apaj

L’Association pour l’aide aux jeunes auteurs (l’Apaj), créée en 2006 pour rendre hommage à un jeune auteur prématurément disparu, Erwan Donnelly, a pour ambition d’aider de jeunes auteurs à témoigner de la réalité du monde d’aujourd’hui. Le conseil d’administration de l’Apaj est présidé par l’écrivain Erik Orsenna.Le site de l’Apaj.

Les candidats pourront voir leurs travaux utilisés à des fins de promotion par Libération, l’Apaj ou leurs partenaires.

Crédit: Cécile Bidault, lauréate dessin 2015.

 

Fabrice Drouzy

Publié dans Appel à participation, arts sonores, Concours | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Installation performance autour de David Tudor


Dans la Forêt de Tudor – Ollivier Coupille, Thierry Madiot et Thomas Tilly (FRA)

3 avril 2017 → 7 avril 2017 DANS LA FORET DE TUDOR
5 avril 2017 
9h00 → 18h30 ACCUEIL DE GROUPES SUR RÉSERVATION
6 avril 2017 
18h30 → 20h00 REPRÉSENTATION PUBLIQUE
rain_forest_2015_lull

Réveil sylvestre

Salle Galilée // entrée libre // accueil de groupe à partir du 5 avril (priorité aux groupes personnes en situations de handicap) / Inscriptions au 05 49 50 33 08

D’après la pièce « Rain Forest » de David Tudor L’installation de Ollivier Coupille, Thierry Madiot et Thomas Tilly prend la forme d’une forêt tropicale électronique en trois dimensions, constituée d’une multiplicité de dispositifs autonomes mêlant matériel de récupération et éléments de sonorisation. Elle offre au spectateur-visiteur une immersion sonore pour capter intensément cet univers ouvert aux rumeurs du monde. L’écoute n’est plus événementielle mais bien immersive. Au cœur de cette forêt, les musiciens sont l’interface entre les différents sons et le spectateur-visiteur. Cette œuvre est une auscultation microscopique de l’acoustique des matériaux et objets nous environnant.

www.olliviercoupille.fr

madiot.free.fr

borisallenou.wordpress.com

https://lieumultiple.org

Coproduction Lutherie Urbaine/Instants Chavirés, avec le soutien du Département Seine Saint-Denis

Publié dans arts sonores | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Concerts, expositions, publications de Pierre Mariétan


INFO 2017.1.jpg

Image | Publié le par | Tagué | Laisser un commentaire

Installation sonore et numérique – Arno Vabre


Du 7 au 11 février, les six robots autonomes et parleurs d’ASTRAGALE ZÉNON auront à cœur d’arpenter méticuleusement la Salle des ateliers du festival Safra’numériques à Amiens.

Ce sont six robots autonomes qui se déplacent parmi les visiteurs. Chaque robot est singulier : un premier va au plus vite en ligne droite, un autre préfère longer les murs, un troisième s’acharne à vouloir dessiner des lemniscates au sol… Chacun tente de suivre son chemin, mais le public se trouvant en travers de leur route vient contrarier leur projet, le visiteur devient un obstacle, un intrus à esquiver, une interactivité non désirée dessinant une improbable chorégraphie.

Les robots sont muni d’un haut-parleur et « bavardent » tout en se déplaçant. À la manière d’un espace mental où plusieurs pensées « parlent » en même temps dans l’espace de notre tête, chaque robot profère son propre discours indépendamment de la « parole » du robot voisin. C’est ainsi six monologues qui bougent et se percutent dans l’espace, créant une incompréhensible cacophonie. Ce n’est qu’en choisissant de suivre un robot en particulier, en marchant à côté de lui dans une sorte de savant pas de deux, que le spectateur peut écouter et comprendre le discours du robot.

Enfants du philosophe marcheur Zénon d’Élée, les robots « savent » en effet que la marche est tactique : il s’agit, tout en aiguisant l’attention de l’auditeur, de le dissuader de s’accrocher aux paroles dites et de l’entraîner dans l’action et le mouvement.

Et pendant qu’ils tournent ainsi inlassablement, je dois aussi trouver le temps de finir les nouvelles pièces pour l’exposition « L’argent ça travail » à l’Atelier Blanc à Villefranche-de-Rouergue. Vernissage le 17 février et il reste du travail…

 
Astragale Zénon l’arpenteur est une commande du Printemps des Arts de Monte-Carlo 2006.
 
ASTRAGALE ZENON L'ARPENTEUR
Astragale Zénon l’arpenteur – vidéo officielle
Safra’numériques 2017 – teaser du festival
 

www.arnofabre.fr

© Arno Fabre – 2017

Enregistrer

Publié dans arts sonores | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Workshop Paysage sonore à Mons


20> 25.02.2017
Gilles Malatray – Workshop Paysage sonore/soundscape

Mons  Faculté d’architecture & Urbanisme (UMons)

Depuis bien longtemps déjà, des artistes et philosophes, marchent à travers ville et campagne, jusqu’à en faire une véritable façon d’être, de penser, de créer. Les années 70/80 ont vu naître les « Soundwalks », ou balades sonores, convoquant de nouvelles lectures et écritures sensibles du paysage, où esthétique et écologie dialoguent régulièrement de concert, au gré des déambulations. C’est donc à partir ces histoires et  de leurs  protagonistes que Gilles Malatray (desartsonnants/complice régulier de City Sonic) développe une démarche  spécifique expérimentée dans la ville de Mons. Il met en avant les rapports étroits entre écoute, art, environnement, urbanisme et l’architecture. Les étudiants-participants deviennent alors « promeneurs écoutant » (Michel Chion) posant  une écoute critique, notamment sur la ville, où le geste artistique s’adresse à tous ceux qui, habitants, politiques ou aménageurs, restent soucieux de préserver, voire de développer, une belle écoute au quotidien.

For a long time now artists and philosophers have been walking through the city and the countryside, making it a true way of being, thinking and creating. The 70s and 80s saw the birth of « soundwalks », or soundtracks, using new readings and sensitive writings of the landscape, where aesthetics and ecology regularly dialogue in concert, according to the wanderings. It is therefore from these stories and their protagonists that Gilles Malatray (desartssonnants/regular guest of festival City Sonic) will develop a specific approach experienced in the city of Mons. He will highlight the close relations between listening, art, environment, urbanism and architecture. The participating students will then become « listening walkers » (as described by Michel Chion), a critical listening, especially  of the city, where the artistic gesture is addressed to all those who, inhabitants, politicians or developers, remain anxious to preserve, to develop, a beautiful daily listening.

Publié dans arts sonores, Paysage sonore, soundscape, Soundwalk, Workshop | Tagué , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Chemins de travers


POINTS D'OUÏE, PAYSAGES SONORES PARTAGÉS

Mes mots réseaux écoutes en coin…

510_12

©Martin Savoie

Des mots bâtisseurs, entre contes et récits

Ne pas prendre les voix, ni les voies les plus logiques, les plus sages, pour se perdre en conjonctures stimulantes.

Des mots et démos…

Tordre le cou aux dires, les prendre au pied de la lettre, leurs faire dire ce qu’ils ne voudraient surtout pas dire…

Des mots pour (ré)activer d improbables réalités, car trop résolument fuyantes.

Des mots qui tentent de produire du récit (presque vérité) ou du conte (presque imaginaire), ou du contre (presque pas), ou les trois entremêlés pour féconder une extrapolation hybride.

Lâcher l’hybride, il revient au galop !

Je marche de concert, sans OGM (oreilles Génétiquement Modifiées), mais avec OGM (Oreilles de Gilles Malatray), steppe bye steppe, par ouïe-dire et ouïe-faire, ouïssiblement – connaître son ouïr de gloire sans pour autant prendre la grosse oreille.

Lobe-trotters, j’assume…

Le mot pour…

View original post 526 mots de plus

Publié dans acousmatique | Laisser un commentaire

Colloque- Sound Art Music


sound-and-music-2

A listening event organised in conjunction with the publication of Colloquium: Sound Art and Music published by Zero Books September 2016, edited by Thomas Gardner and Salomé Voegelin, with contributions from Allen S. Weiss, Nye Parry, David Toop, Volkmar Klien, Aura Satz, Leigh Landy, Cathy Lane, Simon Emmerson, Claudia Molitor and Kathy Hinde, with a postscript by Kate Lacey.

The event will take place in the Upper Street gallery at London College of Communication, featuring work by Kathy Hinde, Volkmar Klien, Cathy Lane, Claudia Molitor, Nye Parry and David Toop.

The evening will serve as an informal platform to continue the aim of the book, to make the relationship between sound art and music “colloquial”: spoken and accessible through dialogue and the practice of a collective listening.

The publication will be available to purchase on the night for a discounted price of £10 (cash only).

Please bring something soft to sit on. A limited number of chairs will be provided for those who might need them.


About the book: Colloquium: Sound Art – Music Thomas Gardner and Salomé Voegelin eds, Winchester, Washington: Zero Books, 2016, pp217. In 2012, Thomas Gardner and Salomé Voegelin hosted a colloquium, entitled « Music – Sound Art: Historical Continuum and Mimetic Fissures », at the London College of Communication, UAL. This colloquium dealt with the current debate concerning the relationship between sound art and music. This book opens the colloquium to a wider readership through the publication of a decisive range of the material that defined the event. It includes the transcripts of the original colloquium discussions, the provocations that initiated its debates as well as responses to its themes written after the event. It aims to raise some pressing and relevant questions without providing answers and open up the continuum between concert hall and gallery space, between record collection, radio, sound on-site, online and the everyday.

Zero Books

Publié dans arts sonores, colloque, Sound Art | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire